Vous êtes ici

Environnement pour une ville durable

Sur base de ses compétences propres, la Région bruxelloise intervient à plusieurs échelles dans la mise en place d’une stratégie « ville durable » : bâtiment, quartier, et ville. Cette stratégie a pour but de répondre aux enjeux environnementaux spécifiques à une région dynamique et moderne. L’objectif annoncé est de faire de Bruxelles un modèle en termes de développement économique, de qualité de vie, et de solidarité pour tous. Une ville dans laquelle chaque geste, chaque projet compte, pour ensemble progressivement changer en profondeur nos modes de vie.
Bruxelles a ainsi décidé de se positionner internationalement sur ce plan. Il s’agit d’un objectif d’image et d’une source potentielle de plus value économique. Pour ce faire, la présence de la région dans les réseau mondiaux de villes durables a été accentuée (participation à Energie-cité, ou au réseau ICLEI - local governments for sustainability par exemple). Le statut de ville-région permet à Bruxelles de porter des messages forts sur les enjeux de la durabilité dans les villes dans les négociations climatiques internationales (COP, etc). Par ailleurs, la Région a décidé de présenter sa candidature au titre de capitale verte de l’UE.

De nombreux outils sont également mis en place afin de privilégier une approche transversale des problématiques environnementales: depuis une évaluation de l’état de la situation (enquêtes, analyses, modélisations, études spécifiques, …) jusqu’à la mise en place d’instruments destinés à faire évoluer cette situation (plans et programmes, instruments d’action à caractère économique ou non, projets spécifiques). La plupart de ces outils et politiques utilisent une méthodologie originale et spécifique qui vise avant tout à créer une dynamique "bottom-up", stimulant et encourageant les initiatives des citoyens, entreprises et pouvoirs locaux.

Bâtiments durables

A Bruxelles, le secteur du bâtiment est responsable de 75% des consommations d’énergie et 70% des émissions de CO2. C’est pourquoi, à côté de dispositifs réglementaires (comme la Performance Energétique des Bâtiments ou l’obligation depuis 2010 du respect du standard passif pour tout nouveau bâtiment public), la Région a mis en place des dispositifs incitatifs et participatifs.

Depuis 2004, la Région octroie un ensemble de primes ‘Énergie’ aux particuliers, collectivités et entreprises pour les inciter à rénover, mieux isoler et mieux équiper leurs bâtiments afin de réaliser des économies d’énergie et réduire les émissions de CO2 (travaux d’isolation, électroménager performant, …). Elles sont aujourd’hui modulées en fonction du revenu des ménages, pour soutenir davantage les familles à bas revenu (qui bénéficient aussi d’un prêt vert à taux zéro pour ces travaux). La Région offre également des primes à la rénovation de l’habitat, à l’embellissement des façades, à l’isolation acoustique et pour une étude de sol.

Depuis 2007, la Région de Bruxelles-Capitale organise des appels à projets en vue d’encourager la construction ou la rénovation de "Bâtiments Exemplaires". Ils démontrent qu’il est possible d’atteindre de très bonnes performances énergétiques et environnementales dans le bâti, moyennant un budget raisonnable.
Des actions spécifiques avec les pouvoirs publics (comme les programmes "Plage"), les professionnels (formations, guidance, accompagnement technique) ou encore le développement de constructions et rénovations de logements moyens et sociaux avec la Société de Développement pour la Région de Bruxelles-Capitale (SDRB) complètent ce dispositif.

Faits-clés

  • 372.428 m² de Bâtiments exemplaires ont été sélectionnés pour être construits ou rénovés de façon exemplaire ;
  • 158.735 m² (soit 340 bâtiments et plus de 40% de la superficie de l’ensemble des bâtiments exemplaires) sont construits ou rénovés selon la norme passive.
  • Les autres bâtiments respectent au moins le standard basse énergie, voire très basse énergie selon le secteur et le type de projet (construction ou rénovation). Trois quarts des projets produisent également de l’énergie renouvelable.
  • 70 bâtiments publics ont économisé plus du 11 MWh d'énergie et évité l’émission de 2.500 tonnes de CO2 grâce aux programmes Plage.

Quartiers durables

De nombreuses actions ont été entreprises à l’échelle du quartier. Là également, il s’agit de stimuler et soutenir les habitants dans leurs initiatives visant à donner ou redonner à leurs quartiers une meilleure qualité de vie. C’est à cette échelle que la logique « bottom up » est la plus forte, avec une implication des acteurs de terrain dans la production des projets.

Le contrat de Quartier Durable est un plan d’action limité dans le temps et dans l’espace. Il est conclu entre la Région, la commune et les habitants d’un quartier bruxellois et fixe un programme d’interventions à réaliser avec un budget d’investissements important (environ 60 millions d’euros par an). Les projets répondent à des besoins en matière de création ou rénovation de logements, réhabilitation d’espaces publics, amélioration de l’environnement, création d’équipements et d’infrastructures de proximité et renforcement de la cohésion sociale au sein des quartiers. Ils soutiennent en outre certaines activités économiques ou commerciales.

Chaque projet intègre une dimension environnementale. Ainsi, les opérations immobilières répondent à des critères élevés de performance énergétique et environnementale. Les espaces publics sont réhabilités avec des matériaux durables, en maîtrisant la consommation des éclairages, en assurant la gestion des eaux pluviales et en favorisant les modes de déplacement doux. Les différentes interventions veillent également à systématiser la prévention et la gestion des déchets, la préservation sinon l’augmentation de la biodiversité, la création de jardins et de potagers partagés et la dépollution des sols.

Les appels à projets Quartiers Durables citoyens sont eux destinés à soutenir directement des initiatives émanant de groupes d’habitants : économies d'énergie, diminution des déchets, rationalisation des consommations, qualité de l'air, utilisation mieux réfléchie de l'espace, valorisation du patrimoine naturel, renforcement de la cohésion sociale, etc. Ces groupes d’habitants motivés mettent en œuvre des projets, prennent part à des activités concrètes et sensibilisent leurs voisins à ces problématiques.

La Société de Développement pour la Région de Bruxelles-Capitale (SDRB) est un opérateur important de production de logements moyens acquisitifs : elle est un des principaux producteurs de logements publics à Bruxelles et oriente également sa production dans des projets à l’échelle des quartiers, sur base de critères environnementaux poussés. Contrairement aux deux exemples précédents, axés sur la rénovation de quartiers de la ville existants, la SDRB produit de nouveaux quartiers. Ainsi, en 2010, le quartier durable « Bervoets » était en cours de finalisation. Et le quartier durable « Tivoli » était à l’étude.

Faits clés

  • 60 programmes de contrats de Quartiers (Durables depuis 2010) ont été mis en place depuis 1993.
  • 1417 logements ont été construits ou rénovés dans le cadre des contrats de quartiers et des contrats de Quartiers Durables.
  • 90 équipements collectifs ont été créés (crèches, maisons de quartiers, espaces socioculturels…)
  • 15 Quartiers durables citoyens sont actifs à Bruxelles et environ 3500 personnes ont pris part aux activités et processus mis en place.

Consommation durable

L’alimentation, le type d’achats effectué, la prévention à la source des déchets, le développement de filières de récupération sont autant de facteurs qui influent sur la qualité globale de l’environnement urbain. De nombreuses actions sont menées à Bruxelles dans ces différents domaines.

Pour réduire les quantités de déchets produits, le 4ème Plan Déchets régional prévoit de poursuivre une politique ambitieuse d’achats durables, à travers la promotion de recherche objective sur la consommation durable, le développement de partenariats avec la distribution et les commerçants et le soutien de "comportements durables". La réutilisation, la réparation et le secteur du deuxième-main sont identifiés comme des secteurs prioritaires à développer plus. En Région de Bruxelles-Capitale, ces secteurs sont très largement représentés par l’économie sociale et solidaire. Une campagne de soutien aux commerces réducteurs de déchets (non seulement le secteur de la deuxième-main, mais aussi les réparateurs, cordonniers, etc… a également été menée.

En matière d’alimentation durable, l’action régionale combine de grandes actions de sensibilisation du public, le soutien à des initiatives comme le RABAD (Réseau des acteurs bruxellois pour une alimentation durable) ou les GASAP (Groupe d’Achat Solidaire de l’Agriculture Paysanne), mais aussi des actions structurelles comme l’encouragement et l’accompagnement des Cantines durables.

Des potagers collectifs se développent de façon importante, et les potagers individuels (même sur de petites parcelles ou des balcons) sont stimulés.

Faits clés

  • Plus de 5.500 tonnes de déchets ont été collectés et traités par le secteur de l’économie sociale en 2010.
  • 60.000 repas sont servis chaque jour dans les cantines bruxelloises qui participent aux actions et formation des cantines durables.
  • 104 jardins-potagers collectifs et urbains se développent.
  • 40 Groupes d’Achats Solidaires de l’Agriculture Paysanne sont actifs.
  • 58 restaurants sont inscrits dans l’opération Goûter Bruxelles

Planification environnementale

En matière de planification environnementale, les objectifs chiffrés des directives européennes imposent la réalisation de plans intégrant un ensemble de mesures à mettre en œuvre au niveau régional.

Faits clés

  • Des plans concernant la problématique des déchets et du bruit, de gestion des eaux de pluie et récemment de l’eau ont été développés. Un plan "Nature" est également en préparation, de même qu’un 2ème plan intégré Air-Climat.
  • A noter que ces plans environnementaux s’articulent avec d’autres plans et programmes régionaux particuliers (par exemple en matière de Mobilité) ou globaux (PRDD, PRAS, Alliance pour l’Emploi….)

Synthèse des connaissances

En matière de synthèse de connaissances pour une Ville Durable, les sujets phares présentés par le Rapport de l’Etat de l’Environnement 2007-2010 et sa synthèse intermédiaire concernent non seulement les pressions environnementales des activités, les comportements d’achats et le comportement et la consommation d’énergie des ménages, mais également l’impact de l’alimentation sur l’environnement, et la perception du cadre de vie (environnement et équipements de quartiers)

Date de mise à jour: 19/11/2015
Documents: 

Sujets connexes dans la Synthèse sur l'Etat de l'Environnement 2007-2008

Fiches documentées

Les fiches documentées constituent les informations de base pour dresser un état de l’environnement de la Région :

« Politique environnementale » et « Mobilité » .