Vous êtes ici

Gestion des risques environnementaux

Sols pollués

La Région de Bruxelles-Capitale peut s’enorgueillir d’un riche passé industriel. Malheureusement, de nombreux terrains ont été contaminés au fil du temps par des activités polluantes. Elles continuent à avoir des conséquences néfastes aujourd’hui. Les responsables de ces pollutions sont trop souvent inconnus ou hors d’état d’assainir ces terrains. C’est pourquoi des mesures comme l’inventaire de l'état des sols ont été prises. De même, la Région subventionne une partie des frais d’assainissement pour les projets de réinvestissement de terrains contaminés (Brussels Greenfields).

Les activités actuelles sont quant à elles sévèrement encadrées au niveau d’autorisations et d’inspections.

Faits-clés

  • Fin 2011: 18.5% de la superficie de la RBC (+/- 19000 parcelles) dans le projet d'inventaire de l'état du sol. 5039 sites validés.
  • Polluants principaux
    • dans les sols : les hydrocarbures (68 à 81% selon les zones) et les métaux lourds (18 à 32%)
    • dans les eaux souterraines : les hydrocarbures (67%), les métaux lourds (23%) et les solvants chlorés (10%)
  • Sols pollués
  • Entre 2005 et 2011, 3234 parcelles cadastrales où étude de reconnaissance de l’état du sol et 465 parcelles avec projet d’assainissement ou gestion des risques
  • Entree 2005 et 2011, 365 ha de terrains traités et rendus disponibles pour une affectation

Ondes électromagnétiques

Notre environnement moderne est caractérisé par l’omniprésence de champs électromagnétiques (CEM), tant du fait de l’usage universel de l’énergie électrique, que du fait de l’usage de plus en plus répandu des moyens de télécommunication comme Internet et la téléphonie sans fil. A ce jour, il existe plus de questions que de réponses concernant les effets des champs électromagnétiques sur la santé.

La question des risques potentiels et de l’application du principe de précaution est donc essentielle.

Faits-clés

  • Sur base d’une valeur limite d’exposition recommandée par le Conseil supérieur de la Santé, une norme maximale de 3 Volts/mètre pour une fréquence de 900 MHz est imposée aux antennes émettrices à Bruxelles depuis le 14 mars 2009. Cette norme est à ce jour la plus stricte au monde.
  • Une cartographie des émissions maximales ponctuellement autorisées est mise à disposition du public.

Usage des produits : le Créosote

Le créosote est un des conservateurs du bois les plus anciens sur le marché et, à ce jour, aucun substitut équivalent n'a été trouvé. Cette substance active a par conséquent été inscrite à l'annexe I de la directive sur les biocides, pour une période de cinq ans. Etant donné que le créosote n'est utilisé que dans le milieu professionnel, et uniquement pour des applications particulières, le risque pour la santé à ce niveau est faible. En outre, la recherche scientifique et les collaborations industrielles livreront, espérons-le, des solutions de rechange viables, bien que selon certains dans un délai de 15 à 30 au plus tôt.

Faits-clés

  • En marge des activités encore existantes de traitement de bois par du créosote (fabrication de billes de chemin de fer), une nouvelle installation a été autorisée en Région bruxelloise. Cette autorisation, moyennant des conditions d’exploitation spécifiques, concerne la valorisation énergétique de billes de chemins de fer usagées.

 

Date de mise à jour: 19/11/2015
Documents: 

Sujets connexes dans la Synthèse sur l'Etat de l'Environnement 2007-2008 :

Fiches documentées constituant les informations de base pour dresser un état de l’environnement de la Région.