Vous êtes ici

Le retour de la martre en Forêt de Soignes !

19/09/2017

Le mardi 5 septembre 2017, le garde forestier bruxellois Willy Van De Velde est tombé des nues lorsqu’il a vu une martre morte le long de la drève de Lorraine à Uccle. Après avoir pris des photos de l’animal, il a emmené le cadavre pour en avoir le cœur net, pressentant qu’il s’agissait d’une martre des pins, une espèce plus rare que la fouine.  

Ses présomptions ont été rapidement confirmées par le biologiste Koen Van Den Berge (INBO), qui a examiné le cadavre en laboratoire. « Nous pouvons affirmer avec certitude qu’il s’agit d’un jeune mâle de martre des pins, né en mars ou avril de cette année », a déclaré le biologiste. C’est une excellente nouvelle lorsque l’on sait que la dernière fois où l’on a observé avec certitude une martre des pins en Région bruxelloise remonte à avril 1999 !

Ces dernières années, Bruxelles Environnement n'a pas ménagé ses efforts pour reconnecter les biotopes naturels. Ces biotopes ont en effet été morcelés par le passé sous l’effet de l’extension des infrastructures telles que les voies autoroutières et ferroviaires. Un tel morcèlement est souvent néfaste pour les mammifères mobiles, qui vivent sur de grands territoires et doivent traverser ces grands axes à la recherche de nourriture. Citons comme exemples de mesures de reconnexion existantes les écoducs qui surplombent la ligne de chemin de fer Bruxelles-Namur et le ring de Bruxelles (en construction), ainsi que les 21 écopertuis sous la voirie, qui relient différentes parties de la Forêt de Soignes. Dans le cadre du projet Life+ OZON, les trois Régions ont uni leurs forces pour étendre et améliorer cette infrastructure.

On n’est pas certain que la martre des pins retrouvée morte soit née dans la partie bruxelloise de la Forêt de Soignes. « Mais l’animal ne vient probablement pas de très loin... », conclut le biologiste dans son rapport d’autopsie. Et c’est là une conclusion très prometteuse: les martres des pins ont leur place en Forêt de Soignes en tant que prédateurs supérieurs. Espérons qu’elles parviendront à former une population stable à l’avenir en Région bruxelloise.

Vous trouverez prochainement plus d’explications sur les martres des pins et les mammifères en général dans le nouvel ‘Atlas des mammifères en Région de Bruxelles-Capitale’, une étude menée par Natuurpunt Studie et Natagora, à la demande de Bruxelles Environnement.  

Date de mise à jour: 20/09/2017