Vous êtes ici

Air et car wash

deanhochmancarwash.jpg

En matière de « pollutions » transmises par l’air, vous pourriez être confronté à deux formes de nuisances : les fines gouttelettes d’eau provoquées par l’utilisation de vos machines et les odeurs que répandent parfois les eaux usées . Voici quelques techniques pour en limiter grandement l'impact.

Les gouttelettes d’eau

Votre car-wash semble parfois disparaître sous un fin brouillard d'humidité ? Logique. Et d'autant plus, d'ailleurs, si vous laissez à vos clients le soin de laver eux-mêmes leur véhicule dans votre station de lavage par l’utilisation de nettoyeurs à haute pression. En propulsant l’eau, ces appareils contribuent, en effet, à la formation d'un film de gouttelettes qui peut constituer une gêne pour les riverains.

Quelques adaptations suffisent pour limiter ces nuisances. Pensez, par exemple, à placer une haie (pergola), un écran ou autre moyen de cloisonnement de la zone de lavage : vous éviterez ainsi la propagation de l’humidité aux alentours. N’hésitez pas, non plus, à dialoguer avec vos voisins afin de trouver une solution efficace et économique pour chacun. N’oubliez pas qu’en cas de gênes importantes, vous êtes tenu d'équiper vos installations d'écrans.

Mauvaises odeurs ?

L’utilisation excessive de détergents dans votre car-wash offre un cadre propice au développement de bactéries anaérobies. Pourquoi ? Simplement parce que les eaux usées que génèrent vos installations sont riches en azote et en phosphore... et que ces deux substances sont propices à la prolifération des bactéries. En été, la chaleur accentue encore ce phénomène qui se traduit par des odeurs désagréables. Les endroits les plus appréciés par ces bactéries sont les canalisations et les bassins de collecte d’où il est d’ailleurs difficile de les éliminer.

Peut-on prévenir la formation du film bactérien ? Bien sûr. En remplaçant le matériau des canalisations. Certains matériaux comme le polyéthylène, le polyester, le caoutchouc ou le PVC souple favorisent le développement de ce film biologique dans vos tuyaux. Essayez de les éviter. Demandez conseil à vos fournisseurs lorsque vous déciderez de rénover vos canalisations.

Vous pouvez aussi limiter ces nuisances en optant de préférence pour des détergents biodégradables ou écologiques. Pauvres en azote et en phosphore, ils constituent, en outre, une alternative idéale aux produits nocifs pour l’environnement.

Si les odeurs persistent, essayez de maintenir un environnement aérobie (riche en oxygène) dans vos canalisations d’eau. Vous pouvez aussi envisager le traitement de l'eau. L'ozone et d'autres produits chimiques tels que l'eau oxygénée, le ClO2 (dioxyde de chlore), le NaOCl (hypochlorite de sodium – composant de l’eau de javel) ou le Cl2 (chlore) peuvent enrayer le développement bactérien. Qui plus est, ces substances sont aussi d’excellents désinfectants. Nous vous recommandons toutefois de limiter le plus possible l'utilisation d'ozone et de produits chlorés. S'ils s'avèrent efficaces dans votre car-wash, n'oubliez pas qu'ils constituent, malgré tout, une menace pour l'environnement.

Date de mise à jour: 18/02/2016