Vous êtes ici

Plan forte chaleur et pics d’ozone

Avec le réchauffement climatique, la Région de Bruxelles-Capitale risque de connaître de plus en plus régulièrement des périodes de forte chaleur, accompagnées de fortes concentrations d’ozone, un gaz polluant présent dans l’air et dangereux pour la santé. Le Plan Forte chaleur et pics d’ozone permet d’anticiper ces épisodes et de mettre en place des actions qui préviennent et limitent les risques pour les habitants, en particulier les personnes fragiles.

2003, un précédent dramatique

Ce plan s’appuie notamment sur l’expérience dramatique qu’a connue toute l’Europe de l’Ouest en 2003, avec des vagues de forte chaleur et des pics d’ozone d’une ampleur exceptionnelle. On estime que ces conditions sont à l’origine de 45.000 décès dans toute l’Europe, dont 1.300 personnes de 65 ans et plus en Belgique.

Un plan pour anticiper et réagir rapidement

Le Plan Forte chaleur et pics d’ozone anticipe ces conditions climatiques particulières en prévoyant une série de mesures d’information et de prévention pour limiter les effets sur la population, en particulier pour les enfants, les personnes âgées et/ou isolées qui sont les plus exposés aux risques. 

Des conditions climatiques particulières

On parle de forte chaleur pour une période d’au moins trois jours consécutifs pendant lesquels la température maximale moyenne est supérieure à 30°C et la température minimale moyenne supérieure à 18°C. Et comme forte chaleur et pic d’ozone sont très souvent liés, le Plan concerne également les pics d’ozone dont les seuils de concentration dans l’air sont déterminés par l’Union européenne : 180 microgrammes d’ozone par mètre cube d’air pour le seuil d’information de la population et 240 microgrammes d’ozone par mètre cube d’air pour le seuil d’alerte.

En cas de forte chaleur et/ou de pic d’ozone, tenez-vous informé et suivez les recommandations afin de limiter les risques pour votre santé et celle de votre entourage.

 

Date de mise à jour: 10/05/2016