Vous êtes ici

Le Plan en détail

Afin de prévenir et de mettre en place des mesures en cas de forte chaleur et/ou de pics d’ozone, la Région de Bruxelles-Capitale dispose d’un plan progressif, avec une attention particulière pour les populations à risque que sont les enfants, les personnes âgées et/ou isolées. En cas de forte chaleur ou de pic d’ozone, soyez vigilant !

Un dispositif progressif

Le Plan prévoit trois phases. Le passage d’une phase à l’autre se base sur les prévisions de température à 5 jours établies par l’Institut Royal Météorologique (IRM), situé à Uccle, et les prévisions de concentration d’ozone à 2 jours réalisées par la Cellule interrégionale de l’Environnement (IRCEL-CELINE).

1 : Phase de vigilance

Elle est mise en œuvre automatiquement entre le 15 mai et le 30 septembre de chaque année, indépendamment des conditions climatiques. Pendant cette phase, la Région lance des actions de sensibilisation concernant les risques liés à une forte chaleur et aux pics d’ozone. Si vous avez dans votre entourage de jeunes enfants, des personnes âgées, dépendantes et/ou isolées, faites preuve de solidarité ! Les maisons de repos et de soins, les crèches et les centres de jour pour personnes handicapées sont d’ailleurs spécifiquement informés et une ligne d’info de Bruxelles Environnement est à votre disposition pendant toute la phase de vigilance. Tél . : 02/775.75.75.

2 : Phase d’avertissement

Niveau 1

La phase d’avertissement de niveau 1 est déclenchée si les températures prévues durant 2 jours consécutifs sont, en moyenne, supérieures à 30°C pour les températures maximales et à 18°C pour les températures minimales. Cette phase de vigilance accrue permet de se préparer à un éventuel passage en niveau 2 de la phase d’avertissement.

Niveau 2

On passe en niveau 2 de la phase d’avertissement si ces moyennes de températures sont prévues non plus pour 2 jours, mais pour 3 jours consécutifs et/ou si l’on constate la veille une concentration horaire moyenne d’ozone à un point de mesure supérieure à 240 μg/m³ (seuil d’alerte fixé par l’Union européenne) ET que les prévisions pour le jour-même établissent une concentration horaire moyenne d’ozone supérieure à 180 μg/m³ (seuil d’information de la population fixé par l’Union européenne). L’entrée en vigueur du niveau 2 de la phase d’avertissement est communiquée par la Cellule interrégionale de l’Environnement (IRCEL-CELINE) et les médias vous rappellent les bons gestes pour limiter les risques. Les institutions qui accueillent des populations plus fragiles, comme les enfants en bas âge ou les personnes âgées, sont appelées à être encore plus vigilantes.

3. Phase d’alerte

On rentre en phase d’alerte lorsque :

  • les températures prévues durant 3 jours consécutifs sont, en moyenne, supérieures à 30°C pour les températures maximales et à 18°C pour les températures minimales ;
  • on constate également, la veille, une concentration horaire moyenne d’ozone à un point de mesure supérieure à 240 μg/m³ ;
  • les prévisions pour le jour-même établissent une concentration horaire moyenne d’ozone également supérieure à 240 μg/m³.

Contrairement aux phases précédentes, le passage en phase d’alerte ne se base pas uniquement sur des critères objectifs liés à la période, la température ou la concentration d’ozone. Elle fait également l’objet d’une analyse par une cellule d’analyse de risque qui, en concertation avec les autorités, envisage l’intensification des mesures déjà prises ou l’instauration de nouvelles dispositions, comme l’annulation ou le report de manifestations sportives ou culturelles, dans un souci de santé publique. 

Date de mise à jour: 12/05/2016