Vous êtes ici

Enjeux et impacts

En Belgique, nous bénéficions, en quantité, d’une alimentation variée et de qualité. Mais elle représente 30% de notre impact environnemental.

Agir en faveur de l’environnement, c’est donc agir sur notre alimentation et Bruxelles Environnement en a fait une priorité. D’autant que l’environnement n’est pas le seul enjeu : notre système alimentaire doit aussi intégrer des objectifs sociaux, des critères de santé publique et de bien-être, autant que des critères de développement économique. C’est l’essence même d’une alimentation durable.

Qu’est-ce qu’une alimentation durable ?
« Un système alimentaire durable garantit le droit à l’alimentation, respecte le principe de la souveraineté alimentaire, permet à tous, partout dans le monde, de disposer d’une alimentation saine en suffisance, à un prix abordable, et veille à ce que le prix final d’un produit reflète tous les coûts de production et internalise les coûts et bénéfices externes en matière d’environnement et de santé. Il utilise les matières premières et les ressources naturelles (telles que la biodiversité, le sol et l’eau), ainsi que les ressources humaines (telles que le travail,) à leur taux de renouvellement et  respecte les différents aspects de la culture alimentaire. » (Source : Sustainable Food Laboratory).

Comment réduire l’impact environnemental de l’alimentation ?

Pour réduire les impacts environnementaux de l’alimentation, il faut agir « du champ à la fourchette », autrement dit de la production à la consommation, en passant par la transformation, le transport, la préparation, l’emballage ou le stockage.

En début de chaîne, les méthodes de production doivent :

  • permettre une conservation optimale de la fertilité des sols et de la biodiversité ;
  • veiller au bien-être des animaux d'élevage ;
  • ne pas recourir aux organismes génétiquement modifiés.

Le développement d’une production locale et de l’auto-production permet aussi de réduire les impacts liés au transport, au stockage et à la conservation des aliments. Et, tout au long de la chaîne alimentaire, la priorité doit être donnée à la lutte contre le gaspillage alimentaire.

Enfin, le changement de nos modes de consommation est aussi en cause. Manger plus de fruits et de légumes, moins de produits d’origine animale, des produits frais, locaux et de saison, moins emballés… Ce sont autant de moyens efficaces d’agir pour limiter les impacts de notre alimentation sur l’environnement.

Date de mise à jour: 11/09/2015