Vous êtes ici

Le gaspillage alimentaire

2004_cbe_dechets-domestiques_21.jpg

Au niveau mondial, un tiers de la nourriture produite pour la consommation humaine n’est pas consommé, mais jeté. A Bruxelles, ce n’est pas moins de 25.000 tonnes de produits alimentaires qui finissent à la poubelle chaque année. Et la production de toute cette alimentation a généré des impacts environnementaux, sociaux et économiques majeurs… pour rien !

Des quantités effarantes

Du champ ou de la mer à notre assiette, en passant la transformation et la distribution, 1,3 milliard de tonnes d’alimentation sont jetées par an tout au long de la chaîne de production : pour plus de la moitié dès la production, la manutention et le stockage après les récoltes et presqu’autant aux stades de la transformation, de la distribution et de la consommation. Un quart de cette alimentation permettrait pourtant de nourrir les 870 millions de personnes qui souffrent de la faim dans le monde.

Plus d’impacts en bout de chaîne

Dans les pays industrialisés, l’essentiel de ce gaspillage a lieu au moment de la vente au détail et chez le consommateur. Or, plus on s’éloigne du champ, plus les impacts environnementaux augmentent évidemment puisqu’il a fallu les transformer, les stocker, les conserver, pour finir à la poubelle ! Rien qu’en Europe, le gaspillage alimentaire serait ainsi à l’origine de 170 millions de tonnes d’équivalent CO2 par an pour la production des denrées jetées, auxquels il faut encore ajouter les coûts environnementaux liés au traitement de ces déchets.

Trop d’aliments à la poubelle

Pain, fruits, légumes, pâtisseries, yogourts, périmés ou partiellement mangés... A Bruxelles, les produits alimentaires représentent 12% du volume de la poubelle blanche des ménages et 23% de celle des écoles et des entreprises. Et pourquoi jette-t-on autant ? Parce que l’on manque de temps et que l’on oublie de la nourriture dans le frigo. Parce que l’on confond apparence et qualité. Parce que l’on comprend mal les dates de consommation mentionnées sur les produits... Mais surtout, parce que l’on ne prend pas la mesure de tout ce que l’on jette !

Le gaspillage alimentaire en Région de Bruxelles-Capitale:

  • Pour les ménages : 15 kg de nourriture par personne par an  = 15.000 tonnes = 3 repas par jour pour 30.000 personnes durant 1 année.
  • Pour les entreprises : 10.000 tonnes

A Bruxelles, on agit :

  • Au niveau environnemental, la prévention à la source du gaspillage alimentaire permet une réelle économie des ressources et des émissions de CO2.
  • Au niveau social, un travail de récupération des invendus, pour en faire des dons et alimenter les épiceries sociales, se met en place.
  • Au niveau économique, des activités de transformation locale liée à la récupération d’invendus voient le jour.

 

Date de mise à jour: 06/10/2016