Vous êtes ici

Comment se protéger d’une pollution du sol dans son potager?

Mesures de précaution générales

D’une manière générale, il convient de systématiquement laver les légumes et fruits avant de les consommer. De même, il est conseillé de se laver les mains après avoir jardiné.

Avant d’installer mon potager:

  • La meilleure façon de minimiser les risques d’entrer en contact avec une pollution du sol est le choix de l’endroit où on veut installer un potager. Choisissez donc un endroit de votre jardin approprié et non suspect.
  • Si vous avez déjà effectué l’analyse et que le seuil 2 est dépassé pour au moins une substance, évitez d’installer votre potager en pleine terre dans la/les zones suspectes.
  • Si vous n’avez pas fait d’analyse, évitez, par exemple, de mettre un potager en pleine terre dans des zones remblayées avec des déchets de construction, des cendres, etc. Les grands axes routiers, les zones ferroviaires ou certaines activités économiques et industrielles peuvent également induire une pollution du sol dans leur environnement immédiat.
  • Si vous avez des doutes, vous pouvez faire analyser, au préalable, un échantillon de sol pour exclure la présence d’une pollution du sol. Consultez la page : Comment identifier une éventuelle pollution du sol dans mon potager?

Lors du jardinage:

  • Veillez à avoir une terre saine et fertile. Pour ce faire, ajoutez régulièrement du compost ou du fumier à votre sol. En effet, la matière organique dans le sol a un impact positif sur la structure et la vie microbienne du sol. Cela peut avoir un impact sur l’immobilisation voire même la dégradation de certains polluants organiques.
  • Veillez à ce que votre sol ne soit pas trop acide (pH). En effet, dans un sol plus acide, les métaux lourds sont plus facilement libérés et pourront alors être absorbés par les plantes.  En général, un sol sableux est plus acide qu’un sol argileux. Les laboratoires, mais aussi certains centres de jardinage, peuvent analyser l’acidité de votre sol pour vous. Pour diminuer l’acidité de votre sol, vous pouvez ajouter, par exemple, de la chaux ou du compost mûr.
  • Ne laissez pas un sol nu. Vous pouvez couvrir les parterres avec du compost ou des déchets verts hachés de manière à éviter une dispersion des particules de sols avec le vent ou la pluie. La couverture du sol permet également de le protéger de la sécheresse et des intempéries. Cela contribue également à diminuer la pousse des « mauvaises herbes ».
  • Evitez que vos enfants entrent en contact avec un sol pollué parce qu’ils sont plus sensibles aux substances chimiques que les adultes.
  • Les plantes n’ont pas toutes la même sensibilité par rapport aux pollutions du sol. Choisissez donc votre culture potagère en fonction de la qualité de votre sol.

Voir : Est-ce que le type de légume cultivé est important par rapport à la pollution du sol ?

Après la récolte:

Lavez toujours vos légumes avant de les consommer. Ceci permet d’éliminer une grande partie de polluants présents en surface. Eplucher vos pommes de terre, carottes et autres légumes-racines aide aussi à éliminer un maximum de pollutions (ceci n’est pas nécessaire s’ il n’y a aucune pollution avérée).

 

 

 



 

Date de mise à jour: 08/02/2018