Vous êtes ici

Est-ce que le type de légume cultivé est important par rapport à la pollution du sol ?

Les plantes n’ont pas toutes la même sensibilité pour une pollution du sol. Certaines plantes sont insensibles, d’autres accumulent les polluants. Il y a même des plantes qui n’accumulent les polluants que dans les parties non consommées (p.ex. les racines).

Plusieurs facteurs entrent en ligne de compte pour expliquer qu’une plante accumule plus de polluants que d’autres. Le type de sol ou la nature du contaminant par exemple sont importants.

A ce stade-ci des connaissances, il n’est pas évident de fournir des recommandations détaillées concernant le type de légume à cultiver en fonction du type de pollution présente.

De façon générale, en ce qui concerne le pollutions aux métaux lourds on peut faire la distinction suivante:

  • Les fruits et légumes-fruits et graines: ce sont les cultures les moins sensibles aux contaminants.

Exemples: tomates, aubergines, poivrons, gombos (seulement les graines des cosses), courges, maïs, concombres, melons, pois et haricots écossés, oignons (bulbe seulement) et les fruitiers tels que les pommiers et les poiriers.

  • Les légumes-racines: ils présentent une capacité intermédiaire à fixer les polluants des sols. Une partie des métaux lourds restera en surface des légumes.  Lavez donc bien les légumes et épluchez les avant de les consommer.

Exemples: carottes, betteraves, pommes de terre et navets.

  • Les légumes feuilles et les herbes aromatiques: en général, ce sont ceux qui concentrent le plus les polluants du sol. Ne les cultivez donc que dans un sol exempt de pollution, ou cultivez-les en cas de doute dans des bacs.

Exemples : la laitue, les épinards, les blettes, les différents choux, brocolis, choux fleurs, haricots verts et petits pois non écossés, thym, etc.

Date de mise à jour: 08/02/2018