Vous êtes ici

Moins cher que ce que vous croyez…

Un aliment de qualité a un coût, cela va de soi ! 

Pourquoi refuser l’alimentation à bas prix ?

Parce que les modes industriels de production et de transformation ont un coût environnemental et sociétal élevé ! Parmi leurs effets néfastes, relevons :

  • la dégradation qualitative des denrées (qualités nutritionnelles et goût) ;
  • une déstructuration sociale et de nombreuses pertes d’emploi dans le secteur agricole comme dans celui de la transformation ;
  • des impacts très négatifs sur l’environnement: appauvrissement des sols (diminution de la couche fertile), pollution des nappes phréatiques et des mers en zones côtières, forte augmentation de la consommation en énergie… ;
  • une dépendance accrue à des productions situées sur d’autres continents (denrées destinées à l’alimentation humaine, mais aussi à l’alimentation du bétail dans nos pays).

Bref, cette alimentation à bas prix s’est en bonne partie construite sur une externalisation de contraintes et des coûts, que ce soit au niveau environnemental, social ou nutritionnel.

Choisir un aliment de qualité n’est pas toujours plus cher...

La différence de prix entre les aliments issus de filières durables et les autres est variable et peut même être nulle, voire inverse dans certains cas. Ainsi vous pouvez acheter des pâtes complètes bio en vrac à un prix comparable à celui des pâtes conventionnelles ou, à certains moments de l’année, trouver des choux-fleurs bio à un prix inférieur à celui de leurs homologues conventionnels.

Et même si les produits de filières durables sont plus chers, vous pouvez passer à l’alimentation durable sans impact sur le coût d’acquisition des aliments ni sur le coût salarial du personnel de cuisine. L’expérience de dizaines de cuisines collectives le prouve!

Objectif "zéro augmentation" des coûts

Epargnez en agissant sur tous les facteurs simultanément: composition de menus, techniques mises en œuvre en cuisine, choix des fournisseurs, etc. Les marges financières peuvent être ainsi dégagées vers l’achat de denrées alimentaires issues de filières de production plus respectueuses de l’environnement.

Date de mise à jour: 04/04/2016