Vous êtes ici

Techniques d’isolation acoustique

L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande les valeurs guide suivantes en terme de confort sonore à l'intérieur des bâtiments :

  • LAeq = 35 dB(A) pour l'intérieur des logements, salles de classes et jardins d'enfants.
  • LAeq = 30 dB(A) pour l'intérieur des chambres à coucher, salles de repos des jardins d'enfants, ainsi que pour les salles et chambres d'hôpitaux.

Dans un bâtiment, la transmission des bruits entre habitations, ou de l’extérieur vers l’intérieur de l’habitation, peut être réduite de différentes manières. Des aménagements simples permettent déjà de réduire le bruit dans les habitations.

Faites la chasse aux bruits

Commencez par identifier clairement le ou les problèmes : êtes-vous incommodé par des bruits extérieurs au bâtiment (le trafic, une ligne de chemin de fer, l’animation du quartier…)? Ou, au contraire, ceux provenant de l’intérieur (ascenseur, tuyauterie, voisinage…) voire même de votre logement lui-même (machine à laver, chaudière…)? Les réponses à apporter seront, selon les cas, très différentes.

Agissez dès la conception du bâtiment

L'organisation et l'orientation des pièces au sein d'un bâtiment peuvent améliorer sensiblement le confort acoustique des occupants. Ainsi, il est plus judicieux de placer les locaux dit "de vie" (salle à manger, cuisine, etc.) ou de service (salle de bain) du côté de la façade bruyante et de réserver la façade calme aux locaux de repos ou de travail. Dans le même ordre d'idée, les locaux renfermant des installations bruyantes (chaudières, conditionnement d'air, etc.) seront éloignés des espaces de séjour par des zones de transition (escalier, couloir, etc.). Lorsqu'elles sont installées en toiture, il faudra veiller à orienter ces installations bruyantes vers les zones non habitées ou à les placer derrière des parois étanches.

Agissez sur le choix des matériaux

Plus un matériau possède un effet de masse et un effet de ressort, meilleur est son effet d’isolation acoustique.
L’effet de masse provient de la densité et de l’épaisseur du matériau. Autrement dit, à épaisseur égale, une cloison en béton isolera mieux qu’une cloison en plâtre.

L'effet de ressort amortit les vibrations : il peut être mis en application en combinant différents types de matériaux (brique, gyproc, laine minérale,…) dans les parois doubles.

Changez les châssis ou la porte d’entrée

Là où l’air passe, le bruit passe ! Le bruit peut donc facilement s’engouffrer dans toutes sortes d’ouvertures : une boîte aux lettres, un joint abîmé dans un mur, une grille d’aération mal entretenue… Les fenêtres sont cependant les principaux points d’entrée des bruits aériens extérieurs. Si vous êtes gêné par le trafic, envisagez le double vitrage à isolation acoustique renforcée, souvent, un double vitrage asymétrique suffit. Si vous êtes près d’une autoroute ou d’un aéroport, préférez-lui le double vitrage haute performance, de type « feuilleté acoustique » ou carrément, doublez la fenêtre existante.

Dans tous les cas, préférez des châssis en bois, qui a d’excellentes propriétés acoustiques et thermiques. Changer ou isoler la porte d’entrée peut aussi être une bonne solution, surtout si votre logement donne sur un palier ou un escalier.

Isolez le toit

Avec une isolation acoustique de votre toit, vous y gagnerez en matière de réduction du bruit, mais vous consommerez également moins d’énergie. Plus l’isolant choisi est lourd et épais, meilleure sera l’isolation acoustique. Il existe désormais de nombreux matériaux écologiques qui ont d’excellentes propriétés acoustiques et thermiques, comme la cellulose, le chanvre, le lin ou la sciure de bois. Consultez un fournisseur spécialisé pour faire les bons choix !

Créez des espaces tampons

La façade d'un immeuble peut être constituée de divers éléments en excroissance, jouant le rôle de sas, de filtre opposé au bruit (balcons, loggias, etc.)

Renforcez l'isolation acoustique de la façade

Celle-ci entraîne une réduction du bruit ambiant à l'intérieur de l'habitation. Toutefois, les bruits émis par les voisins, jusque là inaudibles, peuvent devenir dérangeants. Pour atténuer la transmission des bruits d'une habitation à l'autre, il est également possible d'agir sur l'isolement acoustique des parois communes et sur les revêtements de sol.

Renforcez les murs intérieurs

Leçon de piano, pleurs de bébé, lave-linge du voisin… Se protéger de tous ces bruits aériens intérieurs implique de renforcer l’isolation des murs intérieurs : une paroi simple peut déjà faire l’affaire, à compléter éventuellement par des panneaux isolants. Dans tous les cas, il est essentiel de privilégier des matériaux lourds, qui isolent mieux du bruit, et de soigner les finitions, pour garantir une parfaite étanchéité.

Attention : les nouvelles cloisons et le doublage doivent toujours être désolidarisés des parois existantes, pour éviter de créer un « pont phonique » qui propagerait le son.

Pensez aux planchers

Dans certains cas, c’est moins le volume sonore que l’impact qui est gênant. Talons sur le plancher, jouets qui tombent, meubles que l’on déplace… Pour atténuer ces bruits, il faut réduire l’intensité des chocs et désolidariser les éléments. Un tapis ou un linoléum, posés sur une sous-couche de liège ou de caoutchouc, peuvent faire l’affaire. En cas de grosses rénovations, le mieux est de prévoir une couche d’isolant. Liège, chanvre, mousse de bois permettent ainsi d’amortir drastiquement le bruit des chocs.

Attention : le rehaussement des planchers entraîne souvent des modifications de limites de portes, de cuisine, de chauffage,…

Intervenez sur les plafonds

L’isolation par le plafond peut aussi être une solution intéressante : intégrer de la laine isolante d’origine végétale ou animale entre le plancher de l’étage supérieur et les panneaux de plâtre de finition, par exemple, ou installer un faux plafond désolidarisé de quelques centimètres. Cette solution est moins efficace que l’isolation du plancher et vous perdrez en hauteur sous plafond. Mais vous y gagnerez en confort acoustique sans dépendre du bon vouloir de vos voisins du dessus !

Renseignez-vous!

Demandez conseil à des professionnels : ils vous aideront à faire les meilleurs choix pour optimiser votre situation sonore avec des matériaux écologiques. Le Point-Info Isolation acoustique du Centre Urbain vous aide également à établir un diagnostic sur les sources de bruit, assorti de conseils personnalisés. Notez enfin que vous pouvez bénéficier, dans certains cas, de primes régionales pour améliorer l’isolation acoustique de votre logement.

Le Code de Bonnes Pratiques

Pour en savoir plus sur les travaux d’isolation acoustique des logements, consultez le Code de Bonnes Pratiques ou référentiel technique d'isolation acoustique pour la prime à la rénovation de l'habitat.

Date de mise à jour: 19/10/2017