Vous êtes ici

Mobilité

Favoriser la mobilité active

Compte tenu des enjeux précités, une mobilité respectueuse de l'environnement, basée sur les modes de déplacements actifs (marche, vélo,...) et qui limite l'usage de la voiture individuelle, est à planifier.

La localisation du bâtiment en est un des facteurs déterminants. Le choix de la localisation du bâtiment est en effet à effectuer en fonction de son programme, du besoin de mobilité de celui-ci et des possibilités de mobilité active qu'offre le quartier (connexion aux transports en commun,...).

Lors de la conception et de la réalisation du bâtiment, certains aspects doivent également être pris en compte. Les accès à la parcelle et au bâtiment, des cheminements clairs et continus et d'éventuels espaces de repos sur les abords sont à concevoir en faveur des piétons, cyclistes et autres modes de déplacement actifs. En outre, des espaces de rangements sont à prévoir (sur les abords ou à l'intérieur du bâtiment) de taille suffisante pour les vélos, poussettes, rollers, skates,...

Réaliser des parkings à vélos

Un des piliers de la mobilité active est le vélo. Mettre en place une politique en faveur du cycliste, c'est entre autres lui offrir des places de stationnement sécurisées. Ceci favorise en effet l'usage du vélo et joue un rôle essentiel dans la prévention du vol.

Des garages à vélos sont à aménager dans ou à proximité de chaque logement, dans les gares et aux arrêts de transport en commun, à proximité des noyaux commerciaux, dans les écoles, aux abords des théâtres, musées, cinémas, bibliothèques…

Favoriser un usage durable de la voiture

L'usage de la voiture est à réduire. Des solutions alternatives à la voiture individuelle sont dès lors à mettre en place. Le développement du système de voitures partagées ‘Cambio' en est un exemple. Des emplacements pour celles-ci, pour les taxis, pour les PMR, des bornes VAP, des bornes voitures électriques,... sont donc à emménager sur la parcelle. Ces différents dispositifs permettent de réduire le taux de motorisation des ménages et l'emprise de la voiture dans l'espace public. Enfin, lorsqu'un parking voitures doit être aménagé, afin de limiter l'impact de la voiture, il importe de réduire le nombre de places de stationnement individuelles sur la parcelle et de veiller à l'intégration paysagère de celui-ci,...

Ces solutions sont à combiner avec une offre de transports en communs généreuse, la mise en place d'un système de vélos partagés,...

La priorisation entre les différents modes de déplacement est importante, mais il ne faut pas créer d'exclusion. La mobilité durable laisse la priorité aux piétons, cyclistes et transports en commun. La voiture particulière et les véhicules à deux roues motorisés dans une moindre mesure figurent donc en fin de liste.

Vous trouverez sur le Guide Bâtiment Durable, une série de fiches sur les thèmes suivants :

Mettre en place des dispositifs valorisant les modes de déplacement actifs et favoriser un usage durable de la voiture

Favoriser les modes de déplacements non-motorisés (à pied, à vélo, en rollers, en skate, en trottinette,…) pour diminuer les émissions de CO2 et les autres nuisances liées aux véhicules motorisés

Concevoir des dispositifs de stationnement des vélos confortables et sécurisés, associés aux entrées piétonnes des bâtiments pour un usage quotidien aisé

Limiter les nuisances dues aux modes de transport motorisés par une bonne gestion du stationnement sur la parcelle, tant en qualité qu’en quantité

Date de mise à jour: 30/01/2017