Vous êtes ici

Bruit des transports publics

2007_cbe_georgeshenri_0383.jpg

L’amélioration des capacités offertes par les transports en commun est programmée tant dans le contrat de gestion de la STIB que dans le cadre de la mise en œuvre du RER. La Région a pour objectif de compenser toutes les mesures visant à réduire l’utilisation du transport motorisé individuel par une offre adéquate de transports en commun.

Les transports en commun pouvant être sources de nuisances sonores, la Région veillera parallèlement à ce que le développement des capacités offertes par ces moyens de transport soit accompagné d’une politique de gestion et de planification de la lutte contre le bruit.

Dans cette optique, la STIB intègre dans le contrat de gestion avec Bruxelles Mobilité et Bruxelles Environnement une politique de moindre bruit. Elle se base sur :

  • l’intégration de normes de bruit dans les cahiers des charges ;
  • l’acquisition de matériel roulant et d’infrastructures performants ;
  • l’adaptation du style de conduite des chauffeurs ;
  • la définition d’objectifs de bruit à respecter par les transports publics.

Une convention trams et métros relative à la lutte contre le bruit et les vibrations des transports en commun a été signée le 25 juin 2004 entre la STIB et Bruxelles Environnement.

Celle-ci prévoit :

  • l’achat de matériel roulant et d’infrastructures performants ;
  • le respect de valeurs de référence du bruit aérien pour les vibrations du métro et les nouvelles infrastructures de trams ;
  • la sensibilisation des chauffeurs à une conduite moins bruyante ;
  • l’établissement d’un plan d’assainissement des points noirs ;
  • une gestion commune des plaintes ;
  • des mesures telles que l’utilisation de semelles antivibratoires pour les lignes ferrées, les aiguillages de moindre vibration ou encore les limitations de vitesse.

La convention Bus signée le 29 février 2008 entre la RBC et la STIB prévoit :

  • la réalisation d'une étude afin de fixer des valeurs seuils en LDEN pour le bruit des bus de la STIB ;
  • l'échange de données afin d'intégrer les bus au cadastre du bruit des transports ;
  • une gestion bilatérale des plaintes entre la STIB et Bruxelles Environnement ;
  • des actions préventives (formation des chauffeurs, le chapitre "acoustique et vibration" des rapports d'incidence de la STIB, l'acquisition de bus moins bruyants, promouvoir les revêtements routiers acoustiquement favorables,...) ;
  • un protocole clair pour les actions curatives.
Date de mise à jour: 28/07/2016