Vous êtes ici

Mouvements de jeunesse : un camp durable

Les vacances approchent à grands pas et nombreux sont les mouvements de jeunesse qui préparent leur camp. Un camp oui, mais un camp durable qui tendra au maximum vers le « zéro déchet » et la « Good Food ». Quand on aime se balader et vivre dans la nature, quoi de plus normal que de la respecter ? Les scouts ont de tout temps été les pionniers du zéro déchet en adoptant la gourde, la gamelle, la malle de camp, la récup, la location des tentes et l’esprit de la débrouillardise.

Vous trouverez sur cette page quelques conseils et astuces pour aller plus loin et faire en sorte que votre camp soit respectueux de la nature et de ses ressources. Et cela, tant au niveau de la préparation que sur place…

I. Des repas GOOD FOOD 

Les joies du camp passent aussi par les repas pris tous ensemble ! Ce moment de convivialité est une excellente opportunité pour ajouter une touche « environnement » et « santé » au menu.

En effet, un menu peut avoir un impact plus ou moins fort sur l’environnement si l’on tient compte de plusieurs critères : saisonnalité, nombre de km parcourus par les aliments, quantité d’emballages,  degré de transformation, gaspillage alimentaire ou encore consommation de viande et autres protéines animales. Un menu Good Food, c’est un repas avec un impact limité sur l’environnement : des produits locaux et de saison (selon le lieu du camp) et dont la production est respectueuse de l’environnement, limitation de la quantité d’emballage lors des achats, faible consommation de protéines animales, pas de gaspillage…

Pour que les menus de votre camp limitent les déchets et soient plus Good Food, vous trouverez sur cette page quelques délicieux conseils.

Des produits locaux, de saison et respectueux de l’environnement

  • Achetez tant que possible des produits de producteurs locaux. Renseignez-vous avant de faire vos courses, peut-être y a-t-il  près de votre camp une ferme ou des producteurs qui produisent de délicieux produits de la région : fruits, légumes, fromage, beurre, lait, confitures, etc. Si vous achetez en grande quantité, ils vous feront peut-être une réduction. A ce sujet, L’APAQ-W (l’agence Wallonne pour la promotion d’une agriculture de qualité) peut vous rembourser jusqu’à 7 € par participant (avec un maximum de 600 € par camp) pour l’achat de tout type de produits locaux (pain, viande, fromage, produits laitiers, légumes, fruits, œufs...) issus de l’agriculture wallonne pendant les camps du 20 juin au 31 août 2017. Info sur : Au-Camp-mangeons-Wallon
  • Acheter des produits frais, locaux et de saison, c’est acheter des produits qui très souvent peuvent se passer d’emballages. Pour les connaitre et les cuisiner, voici quelques outils :  calendriers de fruits et légumes de saison et des sites de recettes dont : www.recettes4saisons.be  
  • Faites vos courses dans des commerces ou via des filières qui proposent des produits respectueux de l’environnement, notamment bio ou en vrac. Voici de quoi vous aider à trouver un tel commerce : Bioguide (commerces bio).

Préparez les justes quantités

  • Planifiez bien les repas et les quantités : cela évite de jeter trop de nourriture. Vous pouvez vous aider du Guide cantine durable qui propose des recettes pour les grandes quantités.
  • Soyez créatifs, utilisez les restes tant que possible. Il existe de nombreux sites qui vous donnent des idées, comme le « le bruit du frigo ». Il suffit d’encoder les ingrédients qu’il vous reste et hop, le site vous sert une recette !

Moins de protéines animales, plus de veggie

  • Tentez les menus veggie : ils sont délicieux, moins chers que les repas avec viande et vous évitez les risques de viandes avariées qui finiront à la poubelle car difficile à conserver lors d’un camp. De plus, les légumineuses sont excellentes pour la santé. Les recettes ne manquent pas : chili sin carne, burger de lentilles, falafel… ! Pour vous inspirer, découvrez les recettes Good Food pour plus de veggie et moins de gaspi.
  • Si vous optez pour les conserves de poissons, choisissez des poissons MSC (label de pêche durable). Epatez les jeunes avec des recettes goûteuses comme celle des rillettes de sardines ou encore de salade de riz au maquereau par exemple. Aidez-vous du guide des poissons durables.

Préparation maison

  • Au lieu d’acheter, il est possible de faire très simplement de nombreuses préparations : pâtes à tartiner, muesli maison, houmous… Et c’est souvent moins cher. Pourquoi ne pas les tester ?
  • Si vous désirez des boissons fun, pensez aux eaux parfumées : délicieuses, rafraichissantes et très faciles à faire : eau de menthe, citronnade, eau de concombre... Les goûts et saveurs sont illimités et peuvent se faire avec des fruits et légumes de saison ! Découvrez quelques recettes ici.

II. Moins de déchets

Emportez vos emballages réutilisables et achetez en vrac

Des emballages qui sont réutilisés, ce sont des ressources pour en créer de nouveaux qui sont épargnées. Simple et redoutable.

  • Pensez à emporter des sacs réutilisables et/ou vos récipients quels que soient vos achats.
  • Pour limiter les emballages, acheter au maximum en vrac. Les produits secs par exemples (pâtes, riz, lentilles, céréales, etc.) mais aussi les fruits, les légumes peuvent être achetés en vrac avec très peu d’emballages surtout si vous apportez vos propres sacs, boîtes. Voici un site pour trouver des adresses.
  • Pour conserver les aliments, des raviers hermétiques avec couvercles peuvent remplacer les films alimentaires.
  • Vous avez oublié votre sac réutilisable, débrouillez-vous avec un carré de tissu pour faire des sacs de course, sac à dos ou sac à bandoulière en suivant la technique japonaise traditionnelle du furoshiki. Une seule chose à connaitre : le nœud qui ne lâche pas mais se défait en un tour de main. Il existe des vidéos, comme celle-ci, ou des modes d'emploi, comme celui-ci, sur Internet !
  • Savez-vous qu’il est très facile de réaliser soi-même une trousse pour emballer et transporter tartines et collations si vous partez en balade pour la journée ? Il suffit d’une chute de tissu, de la cire d’abeille, du papier spécial cuisson et d’un mode d'emploi.
  • Et pour les déchets inévitables, gardez bien en tête les règles du tri et surtout ne laissez rien par terre.

Les belges sont champions du recyclage !

  • Partout en Belgique et en Europe, les déchets sont triés pour être recyclés : les emballages plastiques, le verre, le papier, les huiles et graisses de friture, les piles, etc. Renseignez-vous à la commune pour connaître les consignes de tri qui y sont d’application. Vous pouvez recevoir gratuitement des affiches explicatives sur le tri et commander des poubelles de tri sur Fost Plus.
  • Certaines troupes adoptent une poule le temps du camp pour leur donner les restes de repas ou de leur préparation. Demandez aux écoles qui ont des poules, elles seront ravies d’avoir un accueil durant les congés scolaires. Attention, ne nourrissez pas les poules uniquement avec des déchets. Même si elles en raffolent, les poules ne sont pas des poubelles. Après le camp vous pourrez rependre les poules, les donner au voisinage du camp ou les proposer à une école.
  • Sinon, prenez contact avec le voisinage du camp et voyez si un voisin a un compost ou des poules à qui vous pourriez donner les restes. Pour cela, n’oubliez pas d’embarquer un seau dans lequel vous conserverez les restes de nourriture.
  • Si aucun voisin n’a de compost ou de poules, vous pouvez vous renseigner afin de voir si la commune dans laquelle vous campez a un système de ramassage des déchets organiques. Attention, on ne peut pas tout mettre dans un compost. Renseignez-vous. 
  • Troquez la feuillée contre la toilette sèche pour plus de confort et moins d’odeur. Sachez qu’il existe de nombreux sites qui vous permettront de lever les préjugés, qui vous donneront des instructions pour la construction et que faire avec les déjections (rétrocession à des agriculteurs ou compostage spécifique). 

Produits et cosmétiques faits maison

Il est possible et très facile de préparer soi-même la plupart des produits d’entretien et/ou de soin du corps avec par exemple du citron, du bicarbonate de soude ou du vinaigre qui sont d’excellents dégraissants. En plus d’être très bon marchés, les produits « faits maison » sont moins polluants une fois rejetés dans la nature (rivière ou par infiltration). Et cerise sur le gâteau, vous pourrez préparer de grandes quantités ce qui diminuera la production de déchets d’emballage, surtout si vous utilisez des emballages de récup’. Pensez alors à bien les étiqueter pour éviter les risques de confusion par exemple avec des produits alimentaires.

Certaines troupes fabriquent avec les animés les produits pour tout le camp par exemple lors de la 1e journée. C’est un apprentissage direct et cela permet de fournir un gel douche dans un récipient commun pour tous. Autant de petits récipients en moins. Vous pouvez aussi conseiller aux animés d’utiliser un savon « en pain » car une pièce de 250 gr permet de se laver autant de fois que 4 flacons de gel douche de 250 ml. Il existe des savons en pain comme le savon d’Alep ou de Marseille qui peuvent en plus être facilement utilisés en cas de besoin urgent en lessive de secours.

Pour vous inspirer, découvrez ici quelques sites qui donnent des recettes. Sachez qu’il en existe énormément. Beaucoup de magasins bio vendent ou donnent des brochures sur des produits et cosmétiques à faire soi-même. A vous de jouer.

Partager, réutiliser, entretenir

Toujours dans un esprit zéro déchet, pensez à la récup’ pour toutes les activités du camp, ce sera autant de ressources économisées. Que ce soit pour votre mobilier, pour les bricolages ou pour vos besoins en matériel divers, faites appel à la récup’. Au-delà de la récup’ auprès des parents et de l’entourage, visitez les give box ou donneries.

Pourquoi ne pas tenter de récupérer les perches pour fabriquer les pilotis d’une année à l’autre ? Si ce n’est pas possible, pourquoi ne pas les revendre à d’autres troupes scoutes proches ? Par exemple, l’asbl Les Scouts a développé une plateforme d’échanges entre camps sous forme d’une application gratuite notamment pour la revente des perches. Sinon, internet et les sites de vente en seconde main peuvent être utiles. Plus d’infos sur kicampou.

Et les outils ? Pas besoin d’en racheter chaque année. Votre manche en bois est désolidarisé de l’outil, plongez-le dans l’eau quelques minutes pour que le bois gonfle. Il est à nouveau utilisable sans danger. Une pierre à affûter coûte moins de 10 euros et permet de garder des outils bien tranchants. Graisser les lames pendant l’année permet d’éviter la rouille. Remplacez les manches s’ils sont cassés, pas tout l’outil.

Pour aller plus loin

Un camp implique également des promenades, des activités et une vie intense en pleine nature. Il existe d’autres conseils pour faciliter l’organisation de votre camp et rendre la gestion de celui-ci encore plus respectueuse de la nature : autorisation, balisage, feu de camps, tiques, respects des sentiers, évacuation des eaux usées, savoir-vivre avec les habitants, règles de sécurité, etc. Vous trouverez ci-dessous quelques brochures pour vous aider dans l’organisation de vos camps :

Date de mise à jour: 30/06/2017