Vous êtes ici

Les bonnes pratiques à Bruxelles

La grande majorité des chantiers bruxellois respectent le schéma suivant, ce qui correspond aux bonnes pratiques en vigueur que nous conseillons d’adopter :

  • Si nécessaire, l’autorisation de chantier définit les conditions spécifiques d’exploitation.
  • Les matériaux prévus pour le réemploi in situ sont stockés sur le chantier jusqu’à leur remise en œuvre (ex : briques, pierres bleues, pavés, radiateurs en fonte, parquets…).
  • Les matériaux réemployés ex situ sont orientés vers les professionnels et particuliers via des sites internet de seconde main comme www.opalis.be, www.kapaza.be, www.2ememain.be...
  • Les déchets dangereux et l’amiante sont traités à part, en respect de la législation.
  • Un conteneur de déchets inertes est toujours présent, ce qui permet notamment d’alléger la fraction « mélange » et d’économiser de l’argent.
  • Les plastiques d’emballages sont regroupés au fur et à mesure de leur production.
  • Les grands chantiers et les chantiers dans lesquels il y a assez de place, trient et revalorisent tous les flux de déchets possibles : plastiques, bois, métaux, plâtres, céramiques, câblages, tuyauteries, isolants, déchets verts…
  • Un conteneur « déchets résiduels en mélange » (le plus cher) est aussi toujours présent. Celui-ci sera envoyé en centre de tri des déchets de construction, où un tri permet de revaloriser un certain nombre de flux non triés sur place (principalement les inertes, les bois et les métaux).
  • Les matériaux qui entrent sur le chantier sont des matériaux écologiques, contenant une part de matériaux recyclés et une part de matériaux issus de réemploi.
Date de mise à jour: 14/09/2016