Vous êtes ici

Eaux souterraines

Une ressource précieuse à préserver mais sous pression

En Région de Bruxelles-Capitale, les eaux souterraines constituent une ressource exploitée pour la production d’eau potable et pour des usages industriels et du secteur tertiaire.

En 2012, un volume de 2,37 millions m3 a été prélevé dans les eaux souterraines bruxelloises :

  • 75% à des fins d’eau potable.

Le savez-vous ? 3% de l’eau distribuée pour la consommation humaine en Région de Bruxelles-Capitale est produite à partir d’eau souterraine prélevée dans le Bois de la Cambre et la Forêt de Soignes.

  • Les 25% restants soit environ 600.000 m³ sont exploités à des fins industriels et du secteur tertiaire pour l’alimentation en eau de lavoirs, de car-wash, de piscines, de collectivités, de centres sportifs, de pépinières…

Des prises d’eau souterraine sont également effectuées dans le cadre de travaux de génie civil afin de rabattre la nappe pour permettre la réalisation à sec de fondations de constructions.

LZone humide proche de la ferme Fond’Roy, Ucclees nappes sont également sollicitées dans le cadre de travaux d‘assainissement des sols pollués et pour une utilisation de la géothermie (hydrothermie).

Outre ces utilisations « humaines », elles alimentent également des écosystèmes terrestres telle que des zones humides (voir photo), les rivières telle la Woluwe et des sources (multiples en Région bruxelloise !).

Ainsi, la Région de Bruxelles-Capitale présente de nombreuse zones préservées du développement urbain, caractérisées par un patrimoine écologique remarquable !  Certains écosystèmes terrestres et aquatiques dépendent directement des eaux souterraines (ruisseaux, étangs, zones humides).

Toutefois, en Région bruxelloise on dénombre de nombreux sites pollués historiques, séquelles du passé industriel de la Région bruxelloise qui peuvent encore aujourd’hui constituer des sources actives de pollution des eaux souterraines. Sans compter que les activités humaines actuelles peuvent également être des sources potentielles de pollution des nappes. Ainsi, la masse d’eau du Bruxellien qui est la plus exploitée en terme de débit est également la plus polluée…

Masses d’eau souterraine

Au titre de l’ordonnance cadre Eau, 5 masses d'eau souterraine ont été délimitées pour la Région de Bruxelles-Capitale, à savoir :

  • le Socle et Crétacé,
  • le Socle en zone d’alimentation,
  • le Landénien,
  • l’Yprésien (Région des Collines)
  • et le Bruxellien.

Ces 5 masses d’eau représentent des unités de travail, pour évaluer leur état, proposer des mesures,… Elles sont représentées sur les cartes ci-dessous.  

Voir la carte

(Représentation cartographique des masses d’eau souterraine en RBC (source : IBGE, 2010)

Ces masses d’eau font toutes parties d’aquifères transfrontaliers plus vastes, partagés avec la Région flamande et wallonne nécessitant la mise en œuvre d’une coopération interrégionale.

Que fait Bruxelles Environnement ?

Nos ressources en eau souterraine ne sont pas inépuisables et relativement vulnérables aux pollutions issues des activités humaines passées, présentes et futures, il convient dès lors d’en assurer :

  • une gestion « quantitative », pour assurer la pérennité de la ressource en eau souterraine ;
  • une gestion « qualitative », pour assurer la qualité de la ressource en eau souterraine.

Pour ce faire, Bruxelles Environnement met en place une surveillance quantitative et qualitative à travers de réseaux de mesure et des  outils  permettant d’en assurer une gestion durable telle que des modèles, des plans de gestion, des mesures concrètes, de la sensibilisation,...

 

 

Date de mise à jour: 23/07/2015