Vous êtes ici

Viser la plus haute performance énergétique possible

Bruxelles : En route vers la haute performance énergétique !

Les enjeux climatiques et énergétiques sont aujourd’hui bien connus et les ambitions européennes sont grandes comme en témoignent la Stratégie Energie – climat 2020 (diminuer de 20 % les émissions de gaz à effet de serre ; réduire de 20 % la consommation d'énergie ; atteindre 20 % d'énergies renouvelables dans le bouquet énergétique d'ici à 2020), et bientôt 2030 ( au moins 40% de réduction des gaz à effet de serre).

 

Les enjeux sont de taille pour Bruxelles

  • Le changement climatique, la raréfaction des ressources et la précarité énergétique 
  • Bruxelles doit faire face à une forte évolution démographique
  • Il est indispensable de concentrer les efforts énergétiques sur le secteur du bâtiment qui constitue un des plus gros potentiels d’économie en CO2
  • Le potentiel en énergie renouvelable est limité à Bruxelles

Cela affirme l’urgence de démarches drastiques de réduction des besoins d’énergie.

L’effort climatique et énergétique bruxellois se concentre essentiellement sur les bâtiments (73% de la consommation énergétique) et le transport (23% de la consommation énergétique). Dans une ville-Région qui connait un bâti ancien et donc énergivore, mais aussi un besoin de nouvelles constructions en raison du boom démographique, il est indispensable de concentrer les efforts énergétiques sur le secteur du bâtiment qui constitue un des plus gros potentiels  en économie de CO2.

Sans cet effort sur son bâti, l’atteinte des objectifs de réduction assignés à Bruxelles risque d’être excessivement difficile pour ne pas dire impossible. L’Europe nous y encourage en imposant  dès 2020 d’atteindre le presque zéro énergie (NZEB) pour les nouveaux bâtiments.

Pour ce qui est de la rénovation, cela se traduit par une multitude d’actions et des exigences plus élevées, et en ce qui concerne la construction neuve (et assimilée à du neuf), Bruxelles opte pour une haute performance énergétique, en adoptant des critères ambitieux, inspirés du standard passif en l’adaptant au contexte urbain bruxellois.

Car avant d’être un standard, le passif est surtout une démarche qui vise à valoriser au maximum le potentiel d’économie d’énergie d’un bâtiment. Le principe est de construire ou rénover en visant la plus haute performance énergétique possible, sachant que la haute performance énergétique doit être abordable et accessible à tous.

Bruxelles fait le choix de la haute performance énergétique, encourage bien le passif mais ne l’impose pas. Allez voir PEB en 2015 : passive or not passive ?

Date de mise à jour: 12/01/2017