Vous êtes ici

Les bâtiments performants, sont-ils trop chers ?

yg_3852-613-124.jpg

Bruxelles pionnière !

Pour atteindre ses objectifs de réduction d’émissions de gaz à effet de serre dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique, une région comme Bruxelles doit faire un effort sur son bâti.

Depuis plusieurs années, notamment grâce à 6 appels à projets Bâtiments exemplaires dit « Batex », une dynamique de construction durable s’est enclenchée. Celle-ci a déjà permis de développer un parc de bâtiments de haute performance environnementale, en  particulier à haute performance énergétique (HPE). Ces bâtiments répondent à des normes ambitieuses (telles que la PEB 2015) correspondant à la démarche passive, ou s’en approchant.

Aujourd’hui, l’expérience accumulée a dépassé le cercle des Batex puisque les bâtiments passifs représentent déjà environ 20% des nouvelles constructions bruxelloises. Ce boom énergétique a d’ailleurs placé Bruxelles en tête du peloton international des villes en terme de gestion énergétique des bâtiments.

Les mesures incitatives (appels à projets Batex, primes…), lancées depuis plus de 10 ans, ont donc fait leurs preuves : construire et rénover  HPE, c’est possible et à la portée de tous!

Que nous disent ces projets performants ?

Cette expérience nous livre des enseignements majeurs qui vous permettront de gagner du temps, de l’énergie et de l’argent ! Quels sont les enseignements livrés par tous ces bâtiments performants répondant aux standards de demain ?

Le surcout est-il réel ?

Certains annoncent « 20% de surcout » là où d’autres annoncent « 0% de surcout ».  Plusieurs études, réalisées à Bruxelles ou ailleurs annoncent que la moyenne serait plutôt de 10% de surcout.

Mais plus qu’une guerre de chiffres, il s’agit d’un débat méthodologique.  Plutôt que d’opposer des chiffres, pourquoi ne pas plutôt comprendre pourquoi certains livrent des projets passifs à des prix très élevés   et d’autres plus bas que des bâtiments traditionnels ?  Les bâtiments performants ne seraient-ils pas plus accessibles qu’on ne le croit ?

L’ouvrage« Architecture passive : stratégies, expériences et regards croisés en Belgique », publié par l’ULB Architecture et be.passive présente différents exemples.

Et les bénéfices réels ?

Parler de l’intérêt de l’investissement dans la haute performance énergétique doit se faire en analysant tous les couts et tous les bénéfices associés à ces projets.

Il ne faut pas oublier l’objectif initial de ces bâtiments performants qui répondent d’ores et déjà aux standards de demain : diminuer les factures énergétiques mais aussi et surtout amener un réel bénéfice au niveau du confort, de la luminosité, de la santé,  de la sécurité, de la flexibilité, etc.

Au-delà de l’usage que l’on peut en faire et du confort qu’ils peuvent nous apporter , les bâtiments performants énergétiquement répondent aussi au défi ambitieux de la transition énergétique !

Les enseignements majeurs … pour gagner du temps, de l’énergie et de l’argent !

La recherche de la performance ne doit pas nous détourner de l’essentiel. Voici les points d’attention principaux à prendre en compte dans un bâtiment :

  1. Les éléments qui ont le plus d’impact (les châssis, l’isolation et l’étanchéité à l’air).
  2. La performance énergétique  n’est pas le facteur prédominant de surcoût (en maîtrisant les autres facteurs et se tournant vers des techniques simples et robustes).
  3. Plus de synergies entre les acteurs (dès la genèse).
  4. Plus de diffusion de l’expérience.
  5. Ne pas oublier l’usage (vers une maitrise de l’usage).
Date de mise à jour: 12/01/2017
Documents: 
  • Présentation faite au Symposium NZEB (5 novembre 2015)