Vous êtes ici

Installer un chauffe-eau solaire

cesinstallation.jpg

Après avoir analysé la situation, vous êtes décidé à installer un chauffe-eau solaire. Moyennant quelques précautions, il vous reste à choisir un bon installateur pour disposer d’une installation qui vous apporte tout le confort, en garantissant la rentabilité de votre investissement.

Choisissez un installateur compétent

N’hésitez pas à demander plusieurs devis pour comparer les prestations proposées et privilégiez les installateurs certifiés. Certaines entreprises sont également labellisées. Quest est un organisme indépendant qui décerne des labels aux installateurs qui se distinguent par la qualité de leurs prestations, leur compétence technique et leur engagement de résultat.

Exigez des engagements précis

Outre leurs qualités et références, les installateurs doivent vous fournir un devis détaillé qui précise, en particulier :

  • Pour le matériel installé, la marque, l’origine et le lieu de fabrication du matériel installé ainsi que la durée de garantie : 10 ans au moins sur les panneaux et 5 ans au moins sur le ballon de stockage.
  • Pour la production d’eau chaude attendue, un calcul précis réalisé à l’aide d’un logiciel de simulation comme T*SOL. Pour les grandes installations, vous pouvez inclure, dans le cahier des charges, une clause qui oblige l’installateur à intervenir et à vous dédommager si la production est inférieure à la production garantie.
  • Pour l’installation, le respect des conditions techniques et administratives nécessaires pour l’obtention des aides financières, en particulier, en matière d’isolation du ballon de stockage.
  • Le coût de la maintenance, qu’il est fortement recommandé de prévoir dès l’installation dans une clause ou un contrat spécifique, surtout pour les grandes installations.
  • Pour les grandes installations, Bruxelles Environnement met à votre disposition une documentation de référence pour optimiser votre cahier des charges, notamment :

Engagez les démarches administratives

Selon la configuration de votre installation, certaines démarches administratives s’imposent peut-être :

  • Permis d’urbanisme… ou pas : si les panneaux sont invisibles depuis l’espace public ou s’ils sont placés sur le toit (soit incorporés au plan de la toiture, soit fixés parallèlement), vous n’avez pas besoin de permis d’urbanisme. En revanche, si les panneaux sont visibles et dépassent du bord du toit de 30 cm ou si votre bâtiment est classé, vous aurez besoin d’un permis, à demander auprès de l’administration communale.
  • Aides financières : pour soutenir la production d’énergie verte, différents niveaux de pouvoir accordent des aides pour l’installation de systèmes solaires thermiques, aussi bien aux particuliers qu’aux entreprises. Ces aides sont soumises à certaines conditions administratives ou techniques. Les critères concernant l’isolation du ballon de stockage sont particulièrement précis : renseignez-vous !

    En savoir plus sur les aides financières (aussi pour entreprises)

Assurez l’entretien

Correctement placé par un professionnel et bien entretenu, votre chauffe-eau solaire a une durée de vie de plus de 25 ans sans maintenance intensive. Certains éléments s’usent cependant et doivent être contrôlés, voire remplacés :  

  • Suivez votre production d’eau chaude : vérifiez qu’elle correspond à la production attendue. L’outil en ligne EnergieID peut vous aider à en faire le suivi. Rappelez-vous qu’un écart de rendement peut être lié à des problèmes techniques faciles à solutionner.
  • Tous les ans, idéalement en automne, faites contrôler votre installation par un professionnel, en même temps que l’entretien de votre chaudière au mazout ou au gaz.
  • Tous les 3 ou 4 ans, faites réaliser par un professionnel la vidange du ballon pour le débarrasser des dépôts de calcaire et éventuellement remplacer l’eau glycolée si votre installation en contient.
  • Pour un aperçu détaillé de la maintenance d’une installation, consultez le Guide d’entretien pour le chauffe-eau solaire individuel et, pour les plus grands systèmes, le Guide d’entretien pour le responsable technique/énergie et les recommandations concrètes tirées d’une étude de monitoring.
Date de mise à jour: 02/02/2017