Vous êtes ici

Concevoir un projet solaire photovoltaïque

Si elle est bien adaptée à votre profil de consommation, votre installation solaire photovoltaïque vous fournira de l’électricité avec une source d’énergie renouvelable et sans émission de gaz à effet de serre, pendant près de 25 ans : un investissement rentable et efficace qui mérite d’être bien préparé !

Évaluez vos consommations d'électricité

Votre facture d’électricité vous informe quant à la quantité d’électricité que vous consommez annuellement. Une analyse de votre installation électrique et de vos modes de consommation vous permet d’évaluer votre profil de consommation sur une période de temps déterminée.

Si vous connaissez vos besoins en électricité et votre profil de consommation, vous pouvez optimaliser la rentabilité de votre installation solaire. Grâce à votre système photovoltaïque, vous pourrez acheter moins auprès de votre fournisseur d’électricité ;  il est par ailleurs recommandé d’aligner autant que possible votre consommation d’électricité avec votre production photovoltaïque. Ainsi, par exemple, certaines consommations électriques peuvent être programmées (la production d’eau chaude, votre lave-vaisselle, votre machine à laver, le rechargement de la pile de votre vélo électrique, etc.) 

Analysez votre bâtiment

La productivité de votre installation est étroitement liée à la situation du bâtiment. Vérifiez en particulier :

  • L’orientation : idéalement, les panneaux doivent être orientés vers le sud. Une orientation sud-est et sud-ouest engendrent une perte par rapport à l’orientation optimale,   allant de   de 5% à  20% en cas d’orientation plein est ou plein ouest. Par ailleurs, une orientation est ou ouest, qui augmente respectivement la production le matin ou en fin d’après-midi, peut être intéressante pour optimaliser la consommation directe de la production photovoltaïque.
  • L’ombre portée : inspectez votre voisinage, car l’ombre de poteaux, d’arbres ou de bâtiments portée sur vos panneaux provoque une baisse importante de rendement.
  • L’inclinaison possible : pour profiter au maximum de l’ensoleillement annuel, le meilleur angle d’inclinaison en Belgique est de l’ordre de 35°.
  • La taille de votre toiture : il vous faut 8 à 10 m2 de toiture utile pour une installation solaire.
  • L’état de votre toiture : si vous songez à remplacer votre toiture dans les cinq ans à venir, attendez ce moment pour installer votre installation photovoltaïque. Pensez aussi à l’isolation de votre toit, qui doit être envisagée en priorité sur toute installation photovoltaïque.

À noter ! L’offre s’est diversifiée et les panneaux prennent aujourd’hui toutes sortes de formes : ils peuvent être installés sur la plupart des toits, même plats ou en verre, et sont compatibles avec des toitures vertes. Les panneaux peuvent aussi être intégrés comme élément de construction aux façades, aux vitrages, aux protections solaires, etc. Dans ce cas, on parle de « Building Integrated Photovoltaics » ou BIPV.

Pour en savoir plus à ce sujet, consultez le site d’Edora, la fédération francophone des énergies renouvelables, fondatrice d’une plateforme BIPV.

Les technologies en matière de photovoltaïque sont présentées en détail dans le Guide Bâtiment Durable.

Évaluez la rentabilité 

Vous pouvez dimensionner votre installation de manière personnelle. Ainsi, une installation de 2,65 kWp correspond à 20 mètres carrés de panneaux solaires et à un investissement de 5.000 euros HTVA. Cette installation produira annuellement environ 2470 kWh d’électricité. Suivant votre profil de consommation, votre facture annuelle d’électricité pourra diminuer de 500 euros environ et, par la vente des certificats verts, vous pourrez gagner 600 euros environ.

Grâce aux certificats verts, aux aides financières et à la baisse de votre facture d’électricité, votre installation sera rentabilisée en 7 ans environ. Avant de vous adresser à un installateur, faites une première estimation de la rentabilité de votre projet :

A noter ! Le « principe de compensation » (ou « compteur qui tourne à l’envers ») qui permet, dans le cas d’une petite installation (≤ 5 kWc), de ne payer, lors du décompte annuel, que l’électricité nette consommée – c’est-à-dire la différence entre les kWh prélevés sur le réseau et ceux injectés dessus quand ils ne sont pas autoconsommés, sera supprimé courant 2018. Ce changement est toutefois d’ores et déjà compensé par davantage de certificats verts (3 au lieu de 2,4 par MWh). Votre investissement reste ainsi toujours rentable ! (voir Arrêté du 17 décembre 2015)

Vous voulez investir dans une installation photovoltaïque ?

Découvrez comment demander un devis, obtenir des aides financières et assurer la performance de votre investissement.  

Date de mise à jour: 22/11/2017