Vous êtes ici

Installer une pompe à chaleur

Vous avez vérifié au préalable la faisabilité de votre projet de pompe à chaleur qui correspond bien à vos besoins et à la configuration de votre bâtiment. Il vous reste désormais à établir un cahier des charges précis et sélectionner votre installateur. Moyennant un suivi régulier, mais très peu de maintenance, vous bénéficierez d’un système énergétique performant d’une durée de vie de 20 ans au moins !

Choisissez un installateur compétent

N’hésitez pas à demander plusieurs devis pour comparer les prestations proposées et privilégiez les installateurs certifiés. Certaines entreprises sont également labellisées. Quest est un organisme indépendant qui décerne des labels aux installateurs qui se distinguent par la qualité de leurs prestations, leur compétence technique et leur engagement de résultat. 

Exigez des engagements précis

Outre leurs qualités, leurs références et la visite éventuelle d’une installation déjà réalisée dans votre région, les installateurs doivent vous fournir un devis détaillé qui précise, en particulier :

  • Le matériel installé : la marque, l’origine et le lieu de fabrication du matériel ainsi que la durée de garantie.
  • La performance attendue : une estimation précise du coefficient de performance saisonnier et, si possible, de la production attendue de l’installation. La performance de la pompe à chaleur peut être démontrée par une étiquette conforme à la directive européenne d’éco-conception ou par un rapport d’essai en laboratoire réalisé par un institut de contrôle indépendant sur base d’une norme (EN 14511 ou EN 255 ou EN 16147). N’hésitez pas à inclure, dans le cahier des charges, une clause qui oblige l’installateur à intervenir et à vous dédommager si la production est inférieure à la production garantie. C’est aussi l’occasion de vérifier le bon dimensionnement de l’installation : surdimensionnée, votre pompe à chaleur serait moins performante et plus chère.
  • Un monitoring de la performance : pour vérifier les performances réelles de votre installation, vous devez disposer d’un compteur électrique dédié, pour vérifier la consommation de la pompe à chaleur électrique, et d’un compteur de chaleur, qui permet d’évaluer directement ses performances. Certains fabricants les intègrent directement dans leurs appareils. Si ce n’est pas le cas, il faut les prévoir.
  • Une régulation bien paramétrée via une sonde extérieure : ce système permet de réguler la température de l’eau de chauffage de manière optimale, sur base de la température extérieure réelle. Votre pompe à chaleur fonctionne ainsi dans les meilleures conditions possibles. Par sécurité, l’installateur aura tendance à utiliser des températures de fluide trop élevées, alors que la performance de votre pompe à chaleur est liée à une courbe de chauffe la plus basse possible tout en garantissant le confort des usagers.
  • La maintenance : une pompe à chaleur a l’avantage de nécessiter peu d’entretien, mais pour les grandes installations, prévoyez cependant une clause ou un contrat de maintenance dès l’installation.

Et rappelez-vous que la qualité a un prix : au moment du choix, ne vous laissez pas séduire trop vite par l’offre la moins onéreuse ! 

Pour en savoir plus sur les points d’attention lors de l’installation d’une pompe à chaleur, consultez les recommandations tirées d’une étude de monitoring.

Engagez les démarches administratives

Selon la configuration de votre installation, certaines démarches administratives s’imposent peut-être : 

  • Un permis d’environnement : si votre pompe à chaleur contient plus de 3 kg de fluides réfrigérants réglementés ou si la puissance totale des compresseurs dépasse les 10 kW électriques, vous avez besoin d’un permis d’environnement (rubrique 132 : Installations de refroidissement, réfrigération). Si la pompe à chaleur est réversible et que la puissance nominale effective dépasse 12 kW (puissance frigorifique), elle entre également dans le champ d’application de la réglementation climatisation PEB. Pour un système géothermique ouvert (puisant dans une nappe phréatique), vous devez en outre disposer d’une autorisation de captage et d’un permis d’environnement spécifique (notamment en rubrique 62, pour le captage et le rejet de l’eau). Les forages nécessaires pour l’installation d’une pompe à chaleur géothermique nécessitent également d’introduire un permis d’urbanisme. 
En savoir plus sur le permis d'environnement 

 

  • Des aides financières : vous pouvez bénéficier d’un soutien financier pour l’installation de pompes à chaleur destinées exclusivement à la production de chauffage et/ou d’eau chaude. Vérifiez au préalable les travaux éligibles et les conditions techniques à respecter.

En savoir plus sur les aides financières (aussi pour entreprises)

Assurez un suivi

Comme pour toute installation de production d’énergie, il est préférable de surveiller les performances de votre pompe à chaleur pour pouvoir détecter toute anomalie et intervenir rapidement. Les compteurs électriques et de chaleur vous permettent de réaliser un suivi régulier de la consommation électrique et de la production de chaleur. L’outil en ligne EnergieID peut vous y aider.

Entretenez votre installation

Les pompes à chaleur ont une durée de vie de plus de 20 ans et nécessitent peu de maintenance. Certains éléments doivent cependant être régulièrement nettoyés, comme les filtres, ou peuvent s’user, comme le compresseur ou l’eau glycolée le cas échéant. Faites donc contrôler régulièrement votre installation par un professionnel. Si votre pompe à chaleur est soumise à un permis d’environnement ou à la réglementation climatisation PEB, assurez-vous de bien respecter les conditions d’entretien spécifiques en vigueur. 

En savoir plus sur le permis d'environnement 
Date de mise à jour: 02/02/2017