Vous êtes ici

Investir pour isoler efficacement

Vous construisez ou rénovez votre habitation ? Pensez isolation ! Ce sont les meilleurs investissements à consentir pour voir sa consommation d’énergie et sa facture baisser de manière drastique.

Priorité au toit

En moyenne, 37% des pertes d’énergie d’un bâtiment filent par la toiture. Si les combles ne sont pas aménagés, on peut se contenter d’isoler le plancher du grenier. Sinon, c’est la toiture qu’il faut isoler et donc bien s’assurer à l’avance de son étanchéité et de son état. Autre élément indispensable, le pare-vapeur : placé côté intérieur par rapport à l'isolant, il empêche le passage de la vapeur et élimine le risque de condensation et de détérioration de l’isolant.

Isoler les murs

L’isolation des murs est aussi une bonne solution pour réduire la déperdition énergétique, surtout pour les bâtiments à trois ou quatre façades et pour les murs aveugles. En principe, il vaut mieux isoler les façades par l’extérieur : c’est plus efficace et cela comporte beaucoup d’avantages. Si ce n’est pas possible, on peut les isoler en comblant le vide entre le parement extérieur et le bloc intérieur d’un mur creux (ce qu’on appelle la coulisse) ou par l’intérieur.

De super vitrages

Les fenêtres sont souvent un point faible et la chaleur s’échappe même lorsqu’elles sont fermées. Optez pour du double vitrage à haut rendement ou du triple vitrage. Mais vérifiez aussi les châssis et les jointures pour choisir, soit d’ajouter un vitrage sur l’existant, soit de carrément tout changer. Dans tous les cas, l’installateur doit vous garantir un coefficient de transmission thermique par transmission (ou Uf) inférieur ou égal à 2,5 W/m²k pour respecter les normes de Performance énergétique des bâtiments (PEB). La valeur Ug représente le coefficient d’isolation de votre vitrage et il doit être inférieur ou égal à 1,6 W/m²k .

Raisonner par façade

Si possible, et si c’est nécessaire, prévoyez le remplacement de vos châssis en même temps que l’isolation de votre façade par l’extérieur : vous bénéficierez ainsi d’une couche isolante performante et continue et vous éviterez plus facilement les points de rupture de la barrière isolante (ce qu’on appelle des « ponts thermiques »).

Si votre budget ne vous le permet pas, faites-le par étape, façade par façade, plutôt que d’isoler toutes vos façades en même temps sans changer les châssis.

Les pieds au chaud

Dans un rez-de-chaussée, la perte de chaleur par le sol peut atteindre 17 à 21%. En installant un isolant sous le revêtement de sol, vous aurez les pieds au chaud et une grande sensation de confort, tout en faisant de belles économies d’énergie.

Isolation rime avec ventilation

Si vous isolez votre habitation, pensez à la ventilation contrôlée pour, non seulement évacuer l’humidité et l’air vicié, mais aussi avoir un apport continu d’air frais. Vous risquez, sinon, de vous retrouver au chaud, mais avec une mauvaise qualité d’air ambiant et des moisissures sur les murs. La ventilation double flux est le meilleur système sur le marché, car il permet un échange de chaleur entre l’air chaud qui sort et l’air froid qui rentre.

A défaut d’un système de ventilation mécanique, des grilles d’aération, des ouvertures dans les portes intérieures ou des ouvertures réglables dans les cheminées permettent une aération naturelle.

Bien choisir ses matériaux

Tous n’ont pas le même écobilan. A propriétés thermiques et techniques semblables, privilégiez les flocons de cellulose, la laine de bois, du chanvre, du liège, des panneaux terre et roseaux… Le choix est très large! Dans tous les cas, il est préférable d’éviter les isolants minces réfléchissants et les mousses de polyuréthane et de polystyrène extrudé, dont la fabrication est liée à la chimie du chlore et du pétrole.

Date de mise à jour: 10/11/2015