Vous êtes ici

Schéma de structure de la forêt de Soignes

Une approche interrégionale et coordonnée

56% du territoire de la forêt de Soignes sont administrés par la Région Flamande (Agentschap voor Natuur en Bos), 38% par la Région de Bruxelles-Capitale (Bruxelles Environnement) et 6% par la Région Wallonne (Division de la Nature et des Forêts).

S’ajoutent à ces trois administrations des biens en périphérie gérés par la Donation Royale (le parc de Tervueren) et la Fondation Solvay (parc Solvay à La Hulpe), ainsi que divers domaines privés en partie forestiers.

Bien que chaque Région fournisse un travail efficace sur son territoire respectif, le besoin d’une approche interrégionale et coordonnée s’est grandement fait sentir pour gérer la forêt de façon durable.

A la demande des ministres compétents des trois Régions, le "Schéma de structure de la forêt de Soignes" a donc été établi. Il s’agit d’un ensemble de propositions qui doit conduire à renforcer la protection de la forêt de manière globale, en tenant compte des nombreuses pressions et nuisances qu’elle subit.

Les idées, principes et propositions que comporte ce document doivent être traduits en projets définitifs et en réalisations concrètes par la génération actuelle des gestionnaires et des utilisateurs de la forêt.

En 2008, les instances concernées des trois Régions ont signé une déclaration d'intention pour la mise en œuvre du schéma de structure : il concerne le massif sonien, c’est-à-dire la forêt de Soignes ainsi que les parcs connexes (parc Solvay, parc de Tervueren...).

Lignes directrices

De ce schéma de structure se dégagent de grandes lignes directrices établies pour l’avenir de la forêt de Soignes.

  • Situées en périphérie, des portes d’accès bien équipées doivent guider les usagers et protéger le noyau écologique de la forêt : desservies par les transports publics, elles accueillent des établissements horeca et proposent des promenades sur des chemins balisés.
  • L’adoption d’une charte de mobilier uniforme et une information trilingue partout.
  • De nouvelles mesures visent à endiguer le morcellement spatial dû à l’infrastructure de transport et à reconnecter écologiquement la forêt : restauration de vallons secs, réalisation d’ « éco-ducs », amélioration des passerelles piétonnes et cyclistes...
  • Des réseaux écologiques et récréatifs doivent relier la forêt à son environnement : rénovation et amélioration de parcours VTT, pistes cyclables et sentiers de promenade, reliés aux grands axes routiers périphériques.
Date de mise à jour: 06/09/2017