Vous êtes ici

L'écureuil

Ecureuil

Reconnaissables entre mille à leur queue en panache et à leurs grands yeux, les écureuils sont de mieux en mieux représentés en Région de Bruxelles-Capitale. Une bonne nouvelle après les sinistres prévisions des années 60-70, lorsque l’espèce était menacée d’extinction. Cette recrudescence est due en grande partie à une meilleure protection, davantage axée sur l’espèce et à une gestion adéquate des zones très boisées.

2 espèces en Région de Bruxelles-Capitale

Les écureuils forment une famille appartenant au groupe des rongeurs. A l’origine, seul l’écureuil roux eurasien (Sciurus vulgaris) peuplait le Benelux. A Bruxelles, on peut cependant observer une seconde espèce : l’écureuil de Corée (Tamias sibiricus), qui elle, est exotique.

Les principales populations d’écureuil roux vivent en Forêt de Soignes. Mais ils apprécient aussi d’autres grands espaces verts comme le bois du Verrewinkel, le bois du Laerbeek et les zones très boisées des parcs urbains. Il peut aussi arriver d’observer des écureuils chipant des graines dans des mangeoires installées dans des jardins privés.

Chance de survie

L’écureuil s’établit de préférence en forêt. Le problème majeur à Bruxelles, zone largement urbanisée, relève du fait que les espaces où il pourrait survivre sont limités. Nos bois ou fragments forestiers sont en effet souvent petits et morcelés. En raison de leur mobilité réduite et de la densité du réseau routier bruxellois, les écureuils vivant dans notre Région ont donc souvent du mal à découvrir d’autres zones.

Améliorer la dispersion des écureuils et la viabilité des populations isolées passe donc par la création d’un véritable maillage écologique. Les gens qui ont un jardin peuvent contribuer à ce maillage vert en appliquant quelques mesures simples et écologiques. Privilégiez ainsi les plantes, arbres et buissons indigènes et proscrivez les pesticides. Mieux vaut aussi ne pas abattre les arbres morts : ce sont des habitats potentiels pour de nombreux mammifères et oiseaux ; l’écureuil en fait partie.

L’écureuil roux

Ecureuil rouxL’écureuil roux vit pratiquement dans toute l’Europe. Il s’établit de préférence dans les bois de conifères ou les bois mixtes, riches en noisetiers, sapins et hêtres. Mais vous le rencontrerez aussi dans les bois de feuillus, dans les parcs et les jardins. L’écureuil roux a besoin d’énormément d’espace pour fourrager s’il ne reçoit pas de nourriture de l’homme.

L’écureuil roux n’est responsable d’aucune nuisance particulière. Il ne pénètre pas dans les maisons, n’est pas agressif et ne transmet aucune maladie à l’homme. Son alimentation est constituée exclusivement de graines, de pommes de pin et, en automne, de noisettes, marrons et fruits des bois. Vous avez une famille d’écureuils dans votre jardin ? Profitez-en pour les observer ; mais évitez de les nourrir.

L’écureuil de Corée

Ecureuil de CoréePrésent en forêt de Soignes, l’écureuil de Corée est un cousin très éloigné de l’écureuil roux. En fait, de leur apparence à leur mode de vie… presque tout les sépare ! Son pelage fait la part belle au brun-gris et son dos est strié de cinq longues lignes noires. Ce petit animal vit principalement au sol, où il creuse son terrier.

Cette espèce, originaire d’Asie, a été introduite en Région bruxelloise dans les années 70, lorsque certains individus se sont échappés de captivité. A l’heure actuelle, la population est estimée à 2.000 individus, tous confinés en Forêt de Soignes.

La croissance de la population d’écureuils de Corée est un exemple frappant des conséquences de l’introduction d’une espèce non indigène à l’état sauvage. En l’absence de prédateurs naturels, ils se sont multipliés et ont connu en peu de temps une croissance exponentielle. Soulignons à cet égard que l’introduction d’animaux dans la nature est interdite en Région bruxelloise.

L’écureuil de Corée hiberne du mois de novembre au début du printemps. Il prépare cette période en creusant son terrier et en y stockant des réserves de nourriture pour l’hiver. Principalement végétarien, il se délecte de graines, de fruits, de pommes de pin et de jeunes feuilles.

Date de mise à jour: 14/04/2017
Documents: 

Pour commander une version papier: 02 775 75 75 ou contacter le service Info-environnement par courriel