Vous êtes ici

Milieux forestiers

A Bruxelles, 20% de la flore urbaine est constituée d’espèces propres aux milieux forestiers. Comme par exemple l’Anémone sylvie, la très belle Jacinthe des bois, toutes 2 liées aux sols modérément acides ; la Luzule, le Muguet, la Surelle des bois, la Fougère-aigle, le Myrtillier… qui sont caractéristiques de sols pauvres et acides. La Raiponce en épi, le Sceau de Salomon, l’Ail des ours qui fleurit en tapis sont quant à eux caractéristiques de sols riche en calcaire.

Cette flore herbacée est typique des forêts très anciennes. Elle témoigne du fait que le massif forestier bruxellois, tel qu’il existe encore aujourd’hui, n’a pas vraiment subi de modifications majeures. Si, au cours de son histoire, il avait été défriché, ces espèces ne tapisseraient pas son sous-bois : il leur faut, en effet, plusieurs siècles pour recoloniser l’espace.

Pareilles variétés d’herbacées fleurissant au printemps se retrouvent également au Parc Tournay-Solvay, dans le Bois de la Cambre, au parc du Wolvendael, au parc Duden ou dans certaines propriétés privées des communes bruxelloises de seconde couronne. Gagnés sur la forêt de Soignes ou sur d’anciens bois bruxellois, ces parcs, bois et vastes propriétés ont conservé, malgré leurs aménagements, des parcelles forestières où a pu se maintenir la flore typique de ce milieu. Celle-ci est donc particulièrement bien représentée à Bruxelles.

Bon nombre de ces habitats forestiers ont aujourd’hui un statut Natura 2000 en application de la directive 92/43/UE. Cette directive impose en effet aux Etats membres, et donc aux Régions, de prendre des mesures de protection en vue de sauvegarder une série d’habitats et d’espèces menacées ou vulnérables à l’échelle européenne.

A Bruxelles, près de 14% du territoire, dont la forêt de Soignes et la plupart des habitats humides, est ainsi protégé.

Les forêts calcaires

Dans certains coins de la forêt de Soignes, au Rouge-Cloître, mais aussi au nord de Bruxelles, dans les bois de Dieleghem et du Laerbeek, là où le sol est de nature calcaire (autrefois des moines y exploitaient des carrières de sable et de grès) affleure une strate herbacée typique de ce type de sols. On y trouve notamment la Campanule raiponce, la Sanicle, la Belladone, des Orchidées et diverses espèces plus discrètes, localement abondantes, mais qui, en dehors de cet habitat spécifique, sont totalement absentes.

Les forêts alluviales

Lorsque la forêt occupe un vallon rendu humide par la présence de sources et de suintements, la végétation herbacée peut radicalement changer. Dans la réserve naturelle du Kinsendael et dans certains vallons de la forêt de Soignes, on y trouve des espèces typiques comme le Cerisier à grappes, l’Aulne glutineux, le Frêne commun, la Laîche pendante, le Populage des marais, la Dorine à feuille opposée, la Cardamine amère ou encore, dans les zones plus sèches, la Primevère élevée.

Date de mise à jour: 27/05/2016