Vous êtes ici

La rue

2010_cbe_expo-biodiversite-2010_0033.jpg

Sur les murs

Quelques espèces de plantes se sont adaptées aux petites anfractuosités des vieux murs. Parmi elles, une petite fougère. A la bonne saison, il suffit de retourner ses feuilles vertes pour y trouver les zones brun sombre où sont fabriquées les spores qui lui permettent de se reproduire. La cymbalaire est un autre exemple de plante des murs. Avec ses jolies petites fleurs mauves et jaunes, elle est aussi capable de pousser sur de vieux tas de graviers et parfois même entre les rails du tram.

Sur les toits

Plusieurs espèces d’oiseaux profitent des anfractuosités des bâtiments et des toitures pour, chacune à leur manière, s’y établir et s’y reproduire. Il y a, bien sûr, le moineau domestique, mais aussi les martinets noirs et les hirondelles. Si la population de martinets se porte actuellement assez bien en Région de Bruxelles-Capitale, les deux espèces d’hirondelles présentes sur le territoire régional (l’hirondelle de fenêtre et l’hirondelle de cheminée) se sont raréfiées par rapport à la population encore présente il y a une quarantaine d’années. Le rouge-queue noir, petit passereau très discret, s’adapte lui aussi très bien à l’environnement urbain. On peut l’entendre chanter jusque dans le centre de Bruxelles.

Au sol

Entre les pavés ou les dalles des trottoirs, de petites plantes réussissent à se développer. Certaines sont très particulières comme les hépatiques à thalle, cousines des mousses. Sans tige, ni fleur, ni racine, elles ne sont formées que d’une très petite feuille verte. Ressemblant aux marques sur le sol de vieux chewing-gums, le lichen, union d’un champignon et d’une algue, auréole le sol de ses traces vert pâle.

Si les herbes ou les plantes qui poussent entre les dalles de votre trottoir ou le long de vos allées vous ennuient, évitez à tout prix les herbicides. Certes, l’arrachage à la main demande un peu d’effort, mais au moins, il ne génère aucune pollution !

Et même le renard…

Le renard a élu domicile à Bruxelles depuis quelques années. Il a bien compris qu’il y trouverait nourriture et tranquillité. Il n’est pas rare de le croiser la nuit en rue sans qu’il semble se soucier de votre présence.

Date de mise à jour: 13/02/2017