Vous êtes ici

La mineuse des feuilles du marronnier

La Mineuse des feuilles du marronnier est la chenille d’un papillon, le Cameraria ohridella, qui a été décrite pour la première fois en 1986 en Macédoine. De là, elle s'est propagée à l'Autriche puis, rapidement, à l'ensemble de l'Europe.

Creusant des galeries, cette chenille s’installe entre les deux épidermes de la feuille du marronnier (parfois aussi de l’érable sycomore ou de l'érable plane) et se nourrit de la matière qu’elle y trouve. Sa présence provoque des taches rousses sur les feuilles, puis leur chute prématurée au cours de l’été. L’impact, d’un point de vue esthétique est indéniable surtout dans les parcs et les jardins où le marronnier joue souvent un rôle ornemental de tout premier plan. Mais il y a plus. La perte d’une partie des feuilles de l’arbre entraine aussi une diminution de la photosynthèse et de ce fait, des fruits plus petits et un appauvrissement des graines. L’arbre, également plus faible, devient vulnérable aux maladies et aux champignons.

La Mineuse n’ayant pas vraiment d’ennemis naturels dans nos contrées, il est nécessaire d’intervenir pour enrayer sa progression. Comme l’insecte passe l’hiver à l’état de chrysalide dans les feuilles du marronnier tombées au sol, leur ramassage, puis leur compostage apportent une réponse encourageante, mais limitée (elle est irréaliste en forêt) dans la lutte contre cet envahisseur.

Date de mise à jour: 27/05/2016