Vous êtes ici

La myxomatose du lapin sauvage

On a pu observer certains cas de myxomatose parmi les lapins (parfois morts) de la Région de Bruxelles-Capitale. Cette maladie des lapins sauvages n’est un danger que pour les lapins domestiques et est totalement inoffensive pour les autres animaux domestiques et l’homme.

Qu’est-ce que la myxomatose ?

La myxomatose est provoquée par le virus myxomateux appartenant à la famille des poxvirus (comme la variole).  Il touche uniquement les lapins, bien que certains cas très rares ont été relevés chez des lièvres.

La maladie peut se manifester en toute saison, mais on constate une recrudescence des cas de lapins infectés à la fin de l'été, période où prolifèrent les moustiques. La maladie est par ailleurs très présente dans les zones humides (où couvent de nombreux moustiques) mais pas exclusivement.

Symptômes et évolution de la maladie

Les lapins atteints de myxomatose développent des tumeurs au niveau de la tête (principalement sur les paupières, le nez, à la base des oreilles et sur les pavillons auriculaires. Ces tumeurs deviennent parfois noduleuses et il arrive aussi que toute la tête de l’animal enfle. Les yeux se mettent à suppurer. Les lapins atteints ne peuvent plus voir, plus manger ni fuir face au danger, devenant ainsi des proies faciles pour les prédateurs. Ils finiront par s'affaiblir de plus en plus et par mourir. La maladie peut durer jusqu'à deux semaines.

La maladie se manifeste parfois dans une forme moins grave: les lapins infectés ont des problèmes respiratoires ou seulement une légère ophtalmie. Certains lapins atteints de cette forme atténuée peuvent guérir, ce qui  leur confère une bonne immunité. Ils ne contracteront dès lors plus la maladie.

Comment les lapins attrapent-ils la myxomatose ?

L'infection se transmet d'un individu à l'autre par des piqûres ou morsures d'insectes tels que des moustiques, des tabanidés, des puces du lapin, des mites, des tiques et probablement aussi par des objets pointus (p.ex. chardons) abandonnés par des lapins de passage. 
Il n'existe aucun traitement pour cette maladie et l'issue pour les lapins atteints de la forme classique est toujours fatale.

La prévention pour les animaux domestiques

Seuls les lapins domestiques peuvent être atteints de myxomatose. Un lapin malade, qu'il s'agisse de la myxomatose ou d'une autre maladie, ne peut évidemment pas être consommé pour des raisons d'hygiène. Des tas de bactéries (telles que des staphhylocoques) viennent en effet s'ajouter au virus infectieux. Toujours pour une question d'hygiène, mieux vaut ne pas toucher les animaux morts même si, comme dit précédemment, cette maladie n'est pas contagieuse pour l'homme ni pour les autres animaux domestiques.

Pour protéger les lapins domestiques, il faut prévoir une protection contre les moustiques et contre les piqûres d'insectes en général. Les petits lapins d'intérieur, qui ne sortent pas, courent donc moins de risques que les lapins qui restent dehors ou sont élévés en clapier. Vous pouvez aussi faire vacciner votre lapin domestique par un vétérinaire. Grâce à une injection annuelle, de préférence au printemps ou au début de l'été, avant la prolifération des moustiques, les lapins peuvent être parfaitement protégés dans les zones où la maladie est présente chez les individus sauvages. Si votre lapin domestique n'est pas encore vacciné, nous vous conseillons de le faire au plus vite à partir du moment où la maladie a été observée sur des individus sauvages dans la région.

La prévention pour les lapins sauvages

Il est impossible de protéger les lapins sauvages contre la maladie. Les quelques individus qui survivent à la maladie auront développé une bonne immunité. Grâce à cela, il faudra un certain temps avant que la maladie ne réapparaisse dans la même région.

Historique

Jusqu'en 1950, le virus était présent seulement en Amérique du Nord et du Sud, chez les lapins sauvages d'Amérique (Sylvilagus) qui, en tant qu'hôtes naturels du virus, ne développaient pas la maladie. Dès 1900, toutefois, la maladie de la myxomatose a été décrite dans les deux Amériques, touchant des lapins domestiqués. Le virus a été délibérément introduit en Australie après 1950, dans le but d'entamer une lutte biologique contre la surpopulation de lapins (non indigènes). En France également, le virus a été introduit en 1952 dans un domaine privé, d'où il s'est échappé pour se propager rapidement dans toute l'Europe. 

Date de mise à jour: 27/05/2016