Vous êtes ici

Le botulisme

2005_cbe_tenreuken_17.jpg

Le botulisme aviaire peut apparaître à chaque saison de l’année, mais surtout durant les étés caniculaires, lorsque la chaleur est persistante. Dans de telles conditions et lorsque la profondeur du bassin est faible (eaux stagnantes ou à faible débit), le milieu s’appauvrit en oxygène.

Qu’est-ce que le botulisme ?

Dans ces conditions, les bactéries appelées Clostridium botulinum, qui vivent dans le sol et dans l’eau, produisent des toxines dangereuses qui peuvent être ingérées par les oiseaux aquatiques.

Risque pour les oiseaux

L’empoisonnement entraîne une paralysie des oiseaux. La mort peut s’ensuivre pour diverses raisons. Ils ne parviennent plus à maintenir la tête hors de l’eau et se noient. La paralysie des muscles respiratoires entraîne l’asphyxie et la paralysie du myocarde provoque un arrêt cardiaque. Il n’existe pas de mesures curatives.

Risque pour l’homme

L’examen en laboratoire pratiqué sur les oiseaux des étangs bruxellois a révélé la présence d’un type de toxine qui n’est pas nocif pour l’homme. Néanmoins, il est conseillé de ne pas toucher les oiseaux morts avec les mains nues et de maintenir les enfants et les chiens à distance.

Prévention

La maladie se propage par l’intermédiaire de la nourriture infectée par la toxine. C’est la raison pour laquelle il est demandé aux promeneurs de ne jeter ni graines ni pain ni d’autres restes de nourriture dans l’étang ou sur les berges.
Il est également vivement conseillé aux pêcheurs de ne pas trop amorcer. Les appâts restants doivent être emportés et non jetés dans l’eau, une fois la pêche terminée.
En temps de crise, le même message est plus que jamais d’application, on ne peut aider les oiseaux affaiblis en les nourrissant.

Action de Bruxelles Environnement

En plus de l’information et de la sensibilisation pour la protection de la population, Bruxelles Environnement applique différentes mesures afin de prévenir les poussées de botulisme aviaire, ou du moins à en réduire la gravité.

  • Traitement des étangs avec des bio-additifs pour diminuer le substrat sur lequel la bactérie se développe.
  • Curage des étangs qui permet d’augmenter la profondeur des bassins, ce qui a pour effet d’éviter le réchauffement de l’eau en été.
  • Augmentation des concentrations d’oxygène dissous dans l’eau soit par aération, soit par l’amélioration de la qualité de l’eau, ce qui empêche la production de toxines.

Lors d’une vague de botulisme, les oiseaux présentant des signes de la maladie et les cadavres sont évacués par les agents de Bruxelles Environnement pour des raisons d’hygiène et de santé publique, mais aussi pour éviter que l’épizootie ne se répande.

Qui contacter ?

Vous avez découvert un oiseau mort – ce qui en soit n’est pas habituel - dans un parc, un espace vert ou un jardin ? Nous vous conseillons de le signaler :

  • Aux gardiens du parc, aux jardiniers ou directement à Bruxelles Environnement (02 / 775 75 75 du lundi au vendredi de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h ou courriel si l’oiseau a été découvert dans un parc ou un espace vert régional.
  • Au fonctionnaire environnement de la commune concernée si le cadavre du volatile a été trouvé dans votre jardin, sur un terrain privé ou communal. Sur le site de  l’Association de la Ville et des communes de la Région de Bruxelles-Capitale, vous trouverez les coordonnées de ces fonctionnaires.
Date de mise à jour: 27/05/2016