Vous êtes ici

Dépolluer pour mieux rebondir

Héritière d’un riche passé industriel, la Région de Bruxelles-Capitale comprend nombre de parcelles polluées. L’inventaire de l’état du sol finalisé par Bruxelles Environnement fin 2015 compte actuellement 14.193 parcelles dont 1.039 sont propres, 9.091 potentiellement polluées, 2.870 polluées et 1.193 légèrement polluées.

« Success story »

L’action de la Région de Bruxelles-Capitale vise à réhabiliter ces parcelles pour qu’elles puissent accueillir des habitants et des activités économiques. Un exemple ? L’actuel Parc PME Newton à Anderlecht. En 2006, on diagnostiquait une importante pollution du sol et de l’eau souterraine en solvants chlorés sur ce chancre industriel d’un peu moins de 38.000m² qui avait été exploité pour la production de batteries.

L’idée d’y installer un parc PME prend forme grâce à un financement de la Région et du fonds européen FEDER pour la construction des bâtiments et pour le traitement du sol pollué. A l’issue des travaux, le parc PME Newton a été inauguré le 14 février 2014. Il compte 5.540 m² d’ateliers de plain-pied, soit 16 ateliers modulables de 250 à 500 m² chacun, répartis sur deux bâtiments.

Ce projet s'inscrit dans plusieurs objectifs spécifiques puisqu’il favorise, d’une part, le maintien d'acteurs économiques déjà présents dans la zone et qu’il soutient, d’autre part, les projets de relocalisation d’activité anciennement délocalisées.

Grâce aux entreprises installées, le parc Newton vise à créer des emplois en lien avec le profil socio-économique des habitants de la zone d’intervention prioritaire. Par ailleurs, les fonds FEDER, dont le projet a bénéficié, visent également à développer l’emploi peu qualifié dans les zones soutenues. Le parc Newton devrait, à terme, permettre la création de 220 nouveaux emplois.

Notons enfin qu’il atteint un bon niveau d’éco-performance afin de diminuer l’empreinte écologique, de faire des économies d’énergie, de réduire les impacts environnementaux et d’intégrer esthétiquement le projet dans son cadre. De cette façon, l’activité économique de la zone peut redémarrer, tout en respectant et en améliorant le cadre de vie du quartier.

Un tel exemple prouve donc qu’une parcelle polluée peut être une opportunité pour l’implantation et le développement de nouveaux projets bénéfiques pour la Région. La politique des sols pollués défendue et menée par Bruxelles Environnement est donc essentielle pour un développement durable qui intègre l’ensemble des paramètres environnementaux, sociaux et économiques de la Région de Bruxelles-Capitale.

Date de mise à jour: 02/08/2017