Vous êtes ici

Bioremédiation

La bioremédiation ou biodégradation stimulée

La bioremédiation est une méthode d’assainissement « in-situ » au sens strict. Elle se fonde sur l’utilisation de microorganismes souterrains pour dégrader les pollutions liées à des substances organiques telles que les hydrocarbures. Quand et comment exploiter cette technique ? Découvrez une réponse à toutes vos questions !

Comment ça marche ?

Dégrader les polluants grâce à des microorganismes permet, par exemple, de transformer écologiquement des polluants hydrocarbures en CO2 et en eau. Les expériences menées en Région de Bruxelles-Capitale montrent, cependant, que la biodégradation nécessite l’apport d’oxygène et de nutriments comme l’azote ou le phosphore pour être pleinement efficace dans les délais d’assainissement requis (4 ans en cas d’urgence, 15 ans dans les autres cas). C’est d’ailleurs parce que vous devez « nourrir » le processus que nous parlons de biodégradation stimulée.

Technique ORC

Première variante de la bioremédiation, la technique « Oxygen Release Compounds » se fonde sur l’introduction d’un produit, généralement du peroxyde de magnésium ou de calcium, dans le sol. Au contact de l’eau souterraine, cette substance provoque une réaction chimique qui réoxygène la nappe phréatique. Ce processus relativement lent est continu, de sorte que le produit agira pendant plusieurs semaines, voire même quelques mois, comme une source permanente d’oxygène.

Bioventing

En général, les processus d’assainissement par bioremédiation s’appliquent à la zone saturée du sol. Exception à la règle, le « bioventing » concerne la zone insaturée. Il complète habituellement une phase de « venting ». En effet, dès qu’une bonne partie des composés volatils est extraite, le débit d’air extrait est réduit afin d’assurer un renouvellement d’air dans le sol, ce qui permettra aux bactéries présentes naturellement de dégrader les polluants encore présents. Cette technique n’est réellement efficace que pour des sols perméables et homogènes (terrains sableux, sablo-limoneux,...).

Utilisation limitée

La biodégradation stimulée n’est admise que pour les sites où les autres techniques d’assainissement sont inappropriées. Pourquoi une telle limitation ? Tout simplement parce que la bioremédiation permet difficilement d’atteindre les objectifs d’un assainissement.

Date de mise à jour: 02/08/2017