Vous êtes ici

Garages d'entretien : mesures de prévention pour protéger le sol

La région bruxelloise compte de nombreux ateliers de réparation ou de démontage de véhicules. Des substances nuisibles pour la santé et l’environnement y sont régulièrement manipulées et entreposées, comme des solvants ou des hydrocarbures (sans compter les huiles usagées, liquides de freins, batteries etc.).

Les activités de ces garages sont donc potentiellement dangereuses pour les sols et les eaux souterraines. Les pollutions détectées pour ce type d’activité sont causées notamment par la manipulation de pièces contenant des substances polluantes lors du démontage, nettoyage ou dégraissage.

Le stockage et l’élimination illégale de substances toxiques via des fosses septiques ou des égouts eux-mêmes endommagés peuvent également causer d’importantes pollutions.

Mesures préventives

Des règles permettant à ces activités de se développer sans nuire à l’environnement sont reprises dans le permis d’environnement. Celles-ci sont axées sur des mesures appropriées qui concernent entre autres :

  • le stockage et la manipulation des pièces et des déchets dangereux : bac de rétention, encuvement ou pente vers un dispositif de récolte afin d’éviter des fuites de liquides.
  • l’élimination des déchets et des eaux usées ;
  • l’entretien des installations telles que débourbeurs et séparateurs d’hydrocarbures ;
  • l’imperméabilisation du revêtement ;
  • l’évacuation de certains types de déchets et produits usagés par un collecteur agréé.

Exceptions

Ne sont pas considérés comme une activité à risque les ateliers de véhicules qui effectuent uniquement :

  • du placement d’accessoires,
  • du démontage et montage de pneus sur jante, du réglage de géométrie.

Plus d’infos

Notre page consacrées aux ateliers d’entretien et de réparation de véhicules à moteur.

Date de mise à jour: 27/10/2017